Les principales disciplines juridiques, entre charia et droit civil

La méthodologie juridique classe les règles juridiques selon des thématiques centrales et essentielles. Cette classification reflète le degré de l’évolution du régime juridique en question.
Evidemment, la charia admet sa propre méthodologie, et les jurisconsultes musulmans ont organisé rigoureusement la jurisprudence islamique. La classification des thèmes juridiques se ressemble, voire se confond entre les deux régimes juridiques, charia et droit civil.
Nous pouvons présenter les principales disciplines juridiques comme ce qui suit :

1- Les règles juridiques traitant les actes d’adoration d’Allah sont nommés les adorations (al ‘ibadât).
Cette partie juridique reflète le coté purement religieux de la loi islamique. C’est la raison pour laquelle cette partie n’a pas d’équivalent en droit civil. Ce dernier se contente de réglementer les relations humaines sans dépasser la limite de l’invisible.

2- Les règles juridiques encadrant la relation entre les individus et les transactions liées l’activité financière et économique.
Les jurisconsultes musulmans nomment cette partie de la jurisprudence « fiqh al mu’amalat ». On remarque une diversité d’essais de traduction de ce terme, mais nous tentons à le traduire dans un contexte moderne et pratique en tant que « la jurisprudence des affaires ».
De leur côté, les juristes du droit civil nomment ce thème par « droit privé ». On constate que le droit des affaires constitue l’essence du droit privé.

3- Les règles juridiques réglementant les relations familiales et conjugales. On y trouve le mariage ainsi que tous ses effets, l’héritage, le testament… Ce thème est nommé dans la charia « le statut personnel ».
Une même nomenclature de ce thème est adoptée par les juristes du droit civil.

Ces deux derniers thèmes sont regroupés au sein d’une seule codification : le droit civil.

4- Les règles de la gouvernance de l’état, de l’organisation de ses organes ainsi que leurs pouvoirs, de la relation entre les divers organes étatiques, de la relation entre le gouverneur et les gouvernés.
Cette partie de la jurisprudence islamique est intitulée politique légale (al-siyâsa al-char’iyya) ou les dispositions sultanières (al-Ahkam al -Sultaniyya).
Ce domaine juridique renvoie à la classification du droit public connue dans la méthodologie juridique civile. Ce domaine englobe le droit constitutionnel, le droit administratif et d’autres branches.

5- Les règles sanctionnant les criminels et déterminant les sanctions.
Ce type de règles constitue la partie de la jurisprudence islamique nommée « les sanctions » (al-‘uqûbât).
De la perspective juridique les trouve sous la nomenclature de « droit pénal ».
La divergence majeure entre les deux régimes réside dans la présence des sanctions dites « kaffara », elle vise à assurer une purification de l’âme, de tout ce qui l’a touchée selon le péché et la désobéissance qu’elle a commise.

6- Les règles régissant les relations entre les états, de paix et de guerre.
Ce thème juridique est nommé dans la jurisprudence islamique par « al-Siyar ».
En droit civil, on nomme ce domaine juridique le droit international public.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s