Les temps de Zakat al-Fitr d’après l’école shafi’ite

Dans l’école chafiite, le statut de la Zakat al-Fitr est réparti en cinq périodes temporelles :
1- Un temps d’autorisation (waqtu jawaz) : dès l’entrée du Ramadan.
2- Un temps d’obligation : dès le coucher du soleil du dernier jour de Ramadan.
3- Un temps méritoire : avant la prière de ‘Aid al-Fitr.
4- Un temps déconseillé (waqtu karaha) : après la prière de ‘Aid al-Fitr.
5- Un temps d’interdiction (waqtu hourma) : après le maghrib du jour de ‘Aid al-Fitr.
Wallah a’lam

Fatwa du Sheikh Mustafa al-Zarqa à propos de Zakat al-Fitr

Une question a été posée à l’éminent savant hanafite Sheikh Mustafa al-Zarqa de la part du Sheikh Abd Al-Rahmân Al-Turqî d’Arabie Saoudite. Il tient les propos suivants :

Quel est le statut de Zaqat al Fitr si on l’envoie à nos pays à cause du besoin des gens là bas ?
Si nous donnons la Zaqat al Fitr en graines, selon l’opinion répandu, nous voyons le vendeur qui nous vend les graines et à côté de lui les femmes qui prennent ladite Zaqat. Nous achetons de lui les graines puis nous les donnons en tant que zaqat aux femmes. Ainsi, le vendeur garantit le réachat des graines à la moitié du prix d’achat.
N’est-il pas plus judicieux de donner la Zaqat al Fitr directement en argent liquide conformément à la maslaha (l’intérêt) des pauvres?
Avisez nous, que Dieu vous avise.

Signature : Sheikh Abd Al-Rahmân Al-Turqî

Le Sheikh Dr. Mustafa al-Zarqa a répondu en disant :

Il n’y a aucune preuve dans les textes législatifs de la Charia qui invalident la donation de Zaqat al-Fitr qu’en nourriture, de blé, ou d’autres graines. Les savants de l’école hanafite considèrent qu’il est préférable de donner Zaqat al-Fitr en monnaie, car le pauvre connait mieux ses besoins et que les autres biens comme le blé, l’orge, les dattes, les raisins secs ont été mentionnés dans le hadith, en guise d’exemple, afin de faciliter au responsable qui peut ne pas avoir de monnaie. De plus, l’intérêt du pauvre, ainsi que celui de ses enfants, peut être pour la monnaie qui peut résoudre son problème. Cela est une opinion dans l’école de l’imam Ahmad que Dieu l’agrée.
Ainsi, l’obligation de donner Zaqat al-Fitr en biens précités, a abouti au résultat ridicule mentionné dans la question ainsi qu’à l’opposé de l’intention législative où le pauvre vend les biens reçus, parmi les types précités, pour un prix très bas à cause de son besoin de monnaie et non pas de blé, d’orge ou autre.
L’objectif légal de la Zaqat al-Fitr est de combler le besoin du pauvre en ce jour de fête et lui est plus connaissant de ce besoin. Il suffit pour le responsable que son acte soit conforme à [l’opinion] d’une des écoles admises.
Quant à l’envoi de la Zaqat al-Fitr à un autre pays, cela n’est autorisé que si le pays destinataire a plus besoin que le pays de résidence du responsable.

Ainsi, il est autorisé de donner la Zaqat al-Fitr selon la valeur monétaire d’un de ces biens réels.
Et Dieu est plus savant.

écrit par : Mustafa al-Zarqâ.

Quelle école dois-je suivre?

Question :
Quelle école dois-je suivre?
Réponse:
Vous cherchez plutôt les causes qui valorisent une école par rapport à une autre. Je vais essayer de vous donner une réponse exhaustive soit pour vous en tant que chercheurs et étudiants, soit pour vous en tant que musulman lambda.

1- Pour les spécialistes :

Pour le choix d’une parmi les diverses écoles, le regard profond dans les principes les rend séduisantes. Pour l’étudiant en sciences islamique, il faut revenir aux usul (fondements des écoles).
Personnellement, je vois que les principes des chafiites sont les plus proches des sources juridiques. De plus, les principes des hanafites sont les plus séduisants et audacieux. Quant à la science des normes et des adages juridiques, elle trouve sont apogée chez les malikites. J’ai choisi l’école chafiite car elle rassemble les caractéristiques de l’école de l’opinion et ceux de l’école de al ‘athar. En plus pour les réponses juridiques détaillées, les opinions des chafiites sont en général les plus fortes dans les arguments (naqli et ‘aqli). De plus, la richesse de la jurisprudence comparée dans les ouvrages des hanafites et des chafiites est incomparable aux autres écoles au regard des débats historiques entre les deux écoles qui coexistaient dans les mêmes régions. Ainsi, l’étudiant qui se spécialise en sciences islamiques s’enrichit de ces débats notamment en étudiant ces deux écoles.

2- Pour les musulmans lambdas:

Pour vous, en tant que musulman non spécialiste dans la recherche juridique dans la charia (=musulman lambda). Le choix dépend de plusieurs facteurs. En plus, il faut prendre en compte que vous résidez en France.
Ainsi, je vous conseil de suivre l’école malikite. Elle est adoptée par la majorité des musulmans résidant en France, les références sont facilement disponibles en ligne et les chouyoukh sont très nombreux. Pour les autres écoles, c’est difficile de trouver des références et des chouyoukh compétents.
En outre, il ne faut pas insérer une opinion étrange dans une communauté qui en adopte une autre(1). Donc notre conseil est de suivre l’école malikite.
Pour l’école hanafite, choisie par certains frères, c’est difficile de trouver des références en ligne et des chouyoukh hanafites compétents disponibles pour demander leurs conseils et renseignements. C’est le même cas pour toutes les écoles.
En plus, il y’a très peu de sites internet et d’ouvrages traduits en français pour se former.
Le frère Mafatih Al Najah vient de lancer un site internet et une formation pour se former selon l’école chafiite. Cela peut être une solution pour ceux qui adoptent le choix de cette école. De même, le Sheikh Abdallah Penot donne des cours de fiqh Hanafite et Malikite en ligne via son institut qui constitue une opportunité pour se former en fiqh hanafi. Louages pour Allah, un institut spécialisé en Fiqh Hanafite est lancé par les soins bénéfiques du cheikh Abdelhakim Murat avec des modules exceptionnels et un niveau très élevé.

Wa allah a’lam

=========

(1) Voir l’article suivant : https://droitetcharia.wordpress.com/2014/11/25/120/