Le takbir collectif est-il une innovation  » Bid’a  » ?

D’après les différents hadiths rapportés sur le thème de la fête de l’Aïd al Adha, on retrouve une adoration qui relève du Dhikr. Il s’agit des Takbirs prononcés après les prières de ces jours de fête.
La question que nous poserons est la suivante : Comment faire ce Dhikr ? Doit-on faire les Takbir à voix basse,ou à voix haute ? Doit-on répéter ces formules individuellement ou bien en groupe ?
Comment juger l’opinion selon laquelle les Takbir en groupe relèveraient d’une innovation ( Bid’a ) ?

Pour commencer, nous portons à la connaissance de chacun que le Takbir est un ordre de Dieu Tout- Puissant. Cet ordre s’adresse à la Ummah tout entière. Cette injonction est par conséquent collective.

Pour preuve, nous invoquons le hadith suivant rapporté par Al-Bukhari. Ce dernier rapporte dans son Sahih la chose suivante :  » Umar – Que Dieu l’agréé – procédait à la formule de Takbir lorsqu’il se trouvait sous sa tente au sein de la mosquée de « Minâ ». Les gens qui se trouvaient dans la mosquée l’entendaient c’est alors qu’ils procèdent à faire le takbir. De même les gens dans la rue procèdent à dire les formules de Takbir. Les formulent de Takbir s’intensifiaient à tel point qu’on dit que  » La ville de « Minâ » tremblait de Takbir ! « .

On retrouve également dans ce même hadith deux indices affirmant le principe du Takbir collectif :

– D’une part, sa parole rapportant que les formules de Takbir faisaient trembler la ville tout entière de Minâ. Selon les commentateurs du Sahih, cela signifie que les voix se rejoignaient effectivement. Par ailleurs, l’on retrouve dans le hadith en arabe, l’occurrence  » Tartajju  » qui signifie une exagération tout à fait remarquable de voix qui se haussent en choeur, en harmonie et d’un seul souffle.

– Une autre version de ce hadith rapporté cette fois par Al-Bayhaki dans son corpus de Sunan la chose suivante :  » Umar – Que Dieu l’agréé – procédait à la formule de Takbir lorsqu’il se trouvait sous sa tente au sein de la mosquée de la ville de Minâ, Les gens qui se trouvaient dans la mosquée l’entendaient c’est alors qu’ils procèdent à faire le takbir. De même les gens dans la rue procèdent à dire les formules de Takbir. Les formulent de Takbir s’intensifiaient à tel point qu’on dit que  » La ville de « Minâ » tremblait de Takbir sous l’écho d’un seul et unique Takbir.  »
Cette dernière version du hadith montre explicitement que les Takbirs se faisait de manière collective. Il est, en effet, absolument impossible d’extraire une interprétation différente d’après cette version du hadith.

Pour conclure, rappelons qu’en se basant sur les différentes citations rapportées par les Tabi’ines et leurs successeurs, les savants autorisent tout à fait les Takbirs prononcés collectivement, comme ils autorisent de même, les Takbirs prononcé de façon individuelle pour d’autres preuves.
===========================
Ne nous oubliez pas de vos dou’a
Abu Zakaria Al-Hussaynî
Une vidéo des takbirate des aid dans les mosquées de Damas et de Sham en général:
https://www.youtube.com/watch?v=6i0V_zxXGOg&hd=1

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s