Regards sur le marché de Ruqya en France :

La Ruqya est une science indépendante, elle est dérivée du fiqh. Vu l’obscession de la masse par la liaison avec le monde de jinn et avec le sihr, j’ai décidé d’écrire sur le sujet d’une perspective purement scientifique. J’ai rédigé deux articles et je me suis arrêté. En effet, j’ai trouvé des prétendus raqi sur FB qui sont en réalité des vrais magiciens experts qui maîtrisent l’ancienne magie noire. C’est ce que les musulmans confrontent en France, pire encore, certains, par leur orgueil et ignorance, insistent sur la qualité de raqi de ces charlatans.
En résumé, les prétendus raqi actifs dans le marché français se divisent en trois catégories :
Il y a des charlatans qui ne savent rien de ce sujet. Ils sont la majorité des raqi sur le net, les télévisions, les mosquées et les coins des rues.
Il y a des magiciens et des vrais sorciers qui sont les plus dangereux. J’étais choqué qu’ils sont nombreux.
Il y a les vrai raqi que je ne connait aucun parmi eux.

Remarque: personnellement je ne suis pas raqi.

Dieu est plus savant.

Publicités

La définition des khawarij

L’imam Maymoun bin Mihran présente la secte kharijite d’après sa principale caractéristique en disant:
« الخارجي هو الذي إذا خالفت رأيه سمَّاك كافراً واستحل دمك ».
 » Le khariji c’est celui qui considère comme mécréant et légifère le versement de ton sang dès que tu adopte un avis différent que le sien ».

Cité par Ibn Rajab dans son ouvrage  » Fath al-Bârî « , vol.5, p.99.

Le Hizb (wird) de l’imam al-Nawawi

Le Hizb (wird) de l’imam al-Nawawi est un ensemble d’invocations méritoires qui ont été choisis par l’imam des divers hadiths et versets méritoire. Il a ajouté des invocations basées sur la demande d’asile et de réfuge auprès Allah le Très Haut.

Certains contemporains prétendent que la référence de ce hizb à l’imam al-Nawawi n’est pas authentifiée. Cette allégation n’a aucun argument. En fait, ce hizb est authentifié par les fameuses chaines de transmission qui transmettent les ouvrages de l’imam al-Nawawi. Nous avons l’honneur de le transmettre d’après plusieurs de nos chouyoukh de plus, nos shuyûkh damascènes le transmettent par des chaines de transmission dont tous les narrateurs sont des savants damascènes, ces chaînes particulières sont dites  » mussalsala « .

L’imam al-Nawawî dit :

Bismi ’Allāhi ar-rahmāni ar-rahīm

Au Nom d’Allâh le Clément, le Miséricordieux.

Bismi Allāh, Allāhu ’akbar, Allāhu ’akbar, Allāhu ’akbar,

Au Nom d’Allâh, Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand.

aqūlu ‘alā nafsī wa ‘alā dīnī, wa ‘alā ahlī, wa ‘alā awlādī, wa ‘alā mālī, wa ‘alā ashābī, wa ‘alā adyānihim, wa ‘alā amwālihim alfa bismillāh,

Je dis : que soient sur moi-même, sur ma religion, sur ma famille, sur mes enfants, sur ma richesse, sur mes amis (compagnons), sur leur religion, et sur leur richesse un millier de «Bismillâh ». [Au Nom d’Allâh]

’Allāhu ’akbar, ’Allāhu ’akbar, ’Allāhu ’akbar,

Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand.

aqūlu ‘alā nafsī wa ‘alā dīnī, wa ‘alā ahlī, wa ‘alā awlādī, wa ‘alā mālī, wa ‘alā ashābī, wa ‘alā adyānihim, wa ‘alā amwālihim alfa alfi bismi ’Allāh.

Je dis : que soient sur moi-même, sur ma religion, sur ma famille, sur mes enfants, sur ma richesse, sur mes amis (compagnons), sur leur religion, et sur leur richesse un million [mille-mille] de «Bismillâh ». [Au Nom d’Allâh]

Allāhu ’akbar, Allāhu ’akbar, Allāhu ’akbar,

Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand, Allâh est le plus Grand.

aqūlu ‘alā nafsī wa ‘alā dīnī, wa ‘alā ahlī, wa ‘alā awlādī, wa ‘alā mālī, wa ‘alā ashābī, wa ‘alā adyānihim, wa ‘alā amwālihim alfa alfi lā hawla wa lā quwwata ’illā billāhi ’al‘aliyyi ’al‘azīm,

Je dis : que soient sur moi-même, sur ma religion, sur ma famille, sur mes enfants, sur ma richesse, sur mes amis (compagnons), sur leur religion, et sur leur richesse un million de «Lâ Hawlâ wa lâ quwwata illa billâhi-l-‘Aliyi-l-‘Adhîm » [Il n’y a de force ni de puissance qu’en Allâh le Très Haut, L’Immense].

Bismillāhi, wa billāhi, wa mina Allāhi, wa ilā Allāhi, wa ‘alā Allāhi, wa fī Allāhi, wa lā hawla wa lā quwwata ’illā billāhi al-‘aliyyi al-‘azīm.

Au Nom d’Allâh, par Allâh, d’Allâh, vers Allâh, sur Allâh, en Allâh et Il n’y a de force ni de puissance qu’en Allâh le Très Haut, l’Immense.

Bismi ’Allāhi ‘alā dīnī wa ‘alā nafsī wa ‘alā ’awlādī, bismi ’Allāhi ‘alā māli wa ‘alā ’ahlī, bismi ’Allāhi ‘alā kulli shay’in ’a‘tānīhi rabbī

“Bismillâh” est sur ma religion, sur moi-même, sur mes enfants, “Bismillâh” est sur ma richesse et sur ma famille. “Bismillâh” est sur tout ce que mon Seigneur m’a accordé.

Bismi Allāhi rabbī ’assamāwāti assab‘i wa rabbi ’al’aradīna assab‘i wa rabbi al‘arshi al‘azīm.

Au Nom d’Allâh, le Seigneur des sept cieux, le Seigneur des sept terres et le Seigneur du Trône Glorieux.


Bismi ’Allāhi ’alladhī lā yadurru ma‘a ismihi shay’un fī al ardi wa lā fī assamā’i wa huwa assamī‘u al‘alīm. (3 x)

Au Nom d’Allâh, par Son Nom rien qui soit sur terre ou dans les cieux ne peut nous nuire, Il est Celui qui L’Audiant L’Omniscient.(3 fois)

Bismi ’Allāhi khayri al’asmā i fī al ardi wa fī assamā i, bismi Allāhi aftatihu wa bihi akhtatim.

Au Nom d’Allâh, le meilleur de tous les noms des cieux et de la terre. Au Nom d’Allâh, je commence et en Son Nom je conclus.

Allāh, Allāh, Allāh, Allāhu rabbī lā ushriku bihi shay’ā.

Allâh, Allâh, Allâh, Allâh est mon Seigneur, je crois en le fait qu’il n’a aucun partenaire.

Allāh, Allāh, Allāh, Allāhu rabbī lā ilāha illā Allāh.

Allâh, Allâh, Allâh, Allâh est mon Seigneur, il n’y a d’autre dieu qu’Allâh.

Allāhu a‘azzu wa ajallu wa akbaru mimmā akhāfu wa ahdhar.

Allah est le Suprême Honorable, l’Exalté et le Plus Grand que ce dont on peut être effrayé et inquiété.

Bika Allāhumma a‘ūdhu min sharri nafsī,  wa min sharri ghayrī,  wa min sharri mā khalaqa rabbī wa dhara-a wa bara,  wa bika Allāhumma ahtarizu minhum

En Toi, ô Allâh, je cherche refuge contre mon mal, le mal des autres, et le mal de tout ce qui est créé, produit en abondance et amené à l’existence par mon Seigneur. Par Toi, mon Seigneur, je me protège d’eux.

wa bika ’Allāhumma a‘ūdhu min shurūrihim,
wa bika Allāhumma adra u fī nuhūrihim,

En Toi, je cherche refuge contre leurs mals.
Et par Toi je les repousse.

wa uqaddimu bayna yadayya wa aydīhim

Je mets entre mes mains et leurs mains :

Bismi ’Allāhi ’arrahmāni ’arrahīm.
Qul huwa Allāhu ahad,
Allāhu assamad,
lam yalid wa lam yūlad
wa lam yakun lahu kufuwan ahad, (3 fois)

Au Nom d’Allâh le Clément, le Miséricordieux
Dis : Il est Allâh, Unique.
Allâh le Seul à être imploré pour ce que nous désirons.
Il n’a jamais engendré, n’a jamais été engendré non plus.
Et nul n’est égal à Lui.
(Sourate al Ikhlas 3 fois)

wa mithlu dhālika ‘an yamīnī wa aymānihim
wa mithlu dhālika ‘an shimālī wa shamā’ilihim,
wa mithlu dhālika ‘an amāmī wa amāmahum,
wa mithlu dhālika min khalfī wa min khalfihim
wa mithlu dhālika min fawqī wa min fawqihim,
wa mithlu dhālika min tahtī wa min tahtihim
wa mithlu dhālika muhītun bī wa bihim.

De sorte que (ce qui précède) se trouve à ma droite et à leur droite, de sorte que cela se trouve à ma gauche et à leur gauche, de sorte que cela se trouve devant moi et devant eux, de sorte que cela se trouve derrière moi et derrière eux, de sorte que cela se trouve au-dessus de moi et au-dessus d’eux, de sorte que cela se trouve au-dessous de moi et au-dessous d’eux, de sorte que cela m’entoure et les autour.

Allāhumma innī as’aluka lī wa lahum min khayrika bikhayrika alladhī lā yamlikuhu ghayruk.

Ô Allâh ! Je T’implore pour moi ainsi que pour eux, afin que tu nous accorde de Ton bien et par Ton Bien, qui ne peut provenir de personne d’autre que Toi.

Allāhumma ij‘alnī wa iyyāhum fī ‘ibādika wa ‘iyādhika wa jiwārika wa amānika wa hizbika wa hirzika wa kanafika min sharri kulli shaytānin wa sultānin wa insin wa jānnin wa bāghin wahāsidin wa sabu‘in wa hayyatin wa ‘aqrab
wa min sharri kulli dābbatin anta ākhidhun bināsiyatihā
inna rabbī ‘alā sirātin mustaqīm.

Ô Allâh ! Fais de moi ainsi que d’eux parmi Tes serviteurs, accepte nous sous Ton refuge, compte nous sous ta protection, ceux en qui Tu as couvert par ta sécurité, qui appartiennent à Ton camp, sous Ta protection, et en sécurité contre le mal des démons, des gouverneurs, des humains, des génies, des morts, des envieux, des loups (animaux sauvages), des serpents, des scorpions et des autre créatures que Tu tiens par le touper. Mon Seigneur est certes sur le droit chemin.

hasbiya ’arrabbu min ’almarbūbīn,
hasbiya ’alkhāliqu min ’almakhlūqīn,
hasbyia ’arrāziqu min ’almarzūqīn,
hasbiya ’assātiru min ’almastūrīn,
hasbiya ’annāsiru min ’almansūrīn,
hasbiya ’laqāhiru min ’almaqhūrīn,

Le Seigneur me suffit sur tout ce qui est sous sa Seigneurie.
Le Créateur me suffit sur tout ce qui est créé.
Celui qui accorde la subsistance me suffit sur ceux dont la subsistance dépend de lui.
Le Protecteur me suffit sur ceux qui sont sous Sa Protection.
Le Secoureur me suffit sur ceux qui on besoin d’aide.
L’Omnipotent me suffit sur ceux sous Son Pouvoir et qui en peuvent Lui résister.


hasbiya ’alladhī huwa hasbī, hasbī man lam yazal hasbī, hasbiya ’Allāhu wa ni‘ma ’alwakīl, hasbiya ’Allāhu min jamī‘i khalqihi.

Il est Celui qui me suffit, Celui qui m’a toujours suffit, et qui me suffit encore. Allâh est le Meilleur Garant, Allâh me suffit parmi toute Sa Création.

’inna waliyyiya ’Allāh ’alladhī nazzala ’alkitāba wa huwa yatawallā ’assālihīn.

Certes, Mon Protecteur est Allâh qui a révélé le Livre et Il est celui qui porte assistance aux pieux.

wa ’idhā qara’ta ’alqur’āna ja‘alnā baynaka wa bayna ’alladhīna lā yu’minūna bil’ākhirati hijāban mastūrā, wa ja‘alnā ‘alā qulūbihim ’akinnatan ’an yafqahūhu wa fī ’ādhānihim waqarā.

Lorsque tu récites le Qur’ân, nous mettons entre toi et ceux qui ne croient pas en la vie future un voile invisible et nous couvrons leur coeur afin qu’ils ne comprennent pas le Qur’ân, et nous mettons une surdité dans leurs oreilles.

wa ’idhā dhakarta rabbaka fī ’alqur’āni wahdahu wallū ‘alā ’adbārihim nufūrā.

Lorsque tu te rappelles ton Seigneur, et lui seul, par le Qurân, ils tournent leurs talons et s’en vont, fuyant la vérité.

fa ’in tawallaw fa qul hasbiya ’Allāhu lā ’ilāha ’illā huwa ‘alayhi tawakkaltu wa huwa rabbu ’al‘arshi ’al‘azīm. (7 fois)

Et s’ils se détournent de toi dis : « Allâh me suffit, il n’y a d’autre dieu que Lui, en Lui je place ma confiance. Il est le Seigneur du Trône Glorieux. » (7 fois)

Lā hawla wa lā quwwata ’ilā billāhi ’al‘aliyyi ’al‘azīm (3 fois),

Et il n’y a de force ni de puissance qu’en Allâh le Très Haut, L’Immense. (3 fois)

wa salla ’Allāhu ‘alā sayyidinā Muhammadin wa ‘alā ’ālihi wa sahbihi wa sallam.

Et que la Grâce d’Allâh soient sur notre maître Muhammad ainsi que sur sa famille et ses Compagnons ainsi que le paix.

khabba’tu nafsī fī khazā’ini bismi ’Allāhi ’arrahmāni ’arrahīm, ’aqfāluhā thiqatī billāh, mafātīhuhā lā quwwata ’illā billāh, ’udāfi‘u bika ’Allāhumma ‘an nafsî mā ’utīqu wa mā lā ’utīq, lā taqata limakhlūqin ma‘a qudrati ’alkhāliq,

Je me cache dans les coffre-forts de : “Bismillâhi-r-Rahmâni-r-Rahîm”, sa serrure est ma confiance en Allâh, ses clés sont “Lâ quwwata illa billâh ”, par Toi, Allâh je me défends contre ce qui est en ma capacité et ce qui ne l’est pas. Il n’y a aucune puissance des êtres créés qui puisse rivaliser avec la Puissance du Créateur.

hasbiya ’Allāhu wa ni‘ma ’alwakīl wa lâ hawlâ wa lâ quwwata illa billâhi-l-‘aliyyi-l-‘Adhîm.

Allâh me suffit, il est Le Meilleur Garant. Et il n’y a de force ni de puissance qu’en Allâh le Très Haut, L’Immense.

Wa sallallâhu ‘alā sayyidinā Muhammadin wa ‘alā ’ālihi wa sahbihi wa sallam. (3 fois)

Et accorde Ta Grâce, ô Allâh, à notre maître Muhammad, le Prophète illettré, à sa famille, à ses compagnons, ainsi que la paix. (3 fois)

 

La traduction du wird de l’imam al-Nawawi est tirée du site aslama :

http://www.aslama.com/forums/showthread.php/9564-Wird-Imam-an-Nawawi

Elle a été révisée et corrigée en comblant les lacunes du texte arabe et de la transcription.

wird

Wird de l'Imam al-Nawawi

Wird de l'Imam al-Nawawi 2

Wird de l'Imam al-Nawawi 3

 

 

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

À propos du sacrifice par procuration et du don de la viande du sacrifice de l’Aïd (ˋUdhiya) et de sa récompense :

Selon l’école Shafiite, il est interdit de sacrifier une bête au profit d’une personne vivante sauf dans le cas d’une autorisation explicite de cette dite personne. De même, pour une personne décédée, il autorisé de le faire uniquement si elle l’a stipulée dans son testament.
Si — par ignorance — quelqu’un accomplit cela, il ne sera pas compté comme un sacrifice ni pour lui, ni pour la personne pour laquelle il avait l’intention de sacrifier la bête.

Cependant, il est possible de sacrifier pour soi tout en demandant que la récompense du sacrifice soit donnée à une personne décédée. Notons que la donation de la récompense n’entraine pas l’annulation de la récompense du donateur.

Quant au don de la viande du sacrifice de l’Aïd (ˋUdhiya), il est recommandé de ne pas manger plus du tiers de la bête sacrifiée. En principe, ce qui est le plus fortement conseillé, est de manger un peu de la viande sacrifiée, à savoir des morceaux ou quelques bouchées, et de donner la majorité, voire quasiment la totalité, du sacrifice.
Ainsi, il donnera pour les musulmans riches sous forme de cadeaux et pour les musulmans pauvres sous forme de sadaqa (dons).

Notons cependant que le fait d’être musulman, est une condition indispensable pour recevoir la viande de l’‘Oudhiya.

Ainsi, il est interdit de donner ou de vendre aux non-musulmans de la viande sacrifiée, de même celui qui reçoit la viande de l’ˋOudhiya en tant que Sadaqa (don) ou cadeau, ne peut pas la donner ou la vendre à un non-musulman. En effet, l’ˋOudhiya est considéré comme étant le cadeau d’Allah pour les musulmans.

Et Allah est plus savant.

Abu Zakariyyâ al-Hussayni al-Shafi’î

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

La mauvaise compréhension de la récurrence de certaines chaînes de transmission

La plupart du temps Les savants ne reprennent que certaines chaines de transmission du Coran. Quand elles sont présentées, elles passent en général par un seul savant.
Cela aboutit-il à l’abaissement du degré d’authenticité du Coran du mutawâtir jusqu’au Ahad?

Réponse :

بسم الله الرحمن الرحيم

Le fait que les chaines de transmission sont concentrées autour d’un nombre très restreint de narrateurs ne signifie point que le Coran ou le hadith est ahad (c’est à dire rapporté par 1 ou 2 chaînes) et qu’il n’est pas mutawâtir (rapporté par un grand nombre de narrateur dans chaque niveau de narration d’une manière ou ce grand nombre rend impossible l’accord unanime des narrateurs à adopter un mensonge).
Cette idée vient de l’absence de compréhension sérieuse du rôle et l’importance des chaines de transmission.

D’un côté, il faut comprendre que l’évaluation de la qualité moutawatir dépend de l’époque de riwayah, à savoir les cinq premiers siècles. Après cette époque, le Coran et tous les livres de hadith sont devenus répandus et on n’a plus besoin de compter sur les chaines de transmission pour les sauvegarder. De plus, les chaines de transmission ne sont pas le seul critère, il y a d’autres critères mais je laisse ce sujet à côté car il est pointu et il n’est pas l’objet fondamental de la remarque.
D’un autre côté, les chaines de transmission se concentrent autour d’un nombre très restreint de savants à cause de la sélection faite par les transmetteurs (ruwât). Tous les transmetteurs cherchent à transmettre le Coran et les hadith par les chaines de transmission les plus élevées (c’est à dire qui contiennent le nombre de narrateurs le moins important. Moins la chaîne de transmission compte de transmetteurs jusqu’au Saint Prophète SallAllahu ‘alayhi wasalam, plus elle gagne en fiabilité).

Ainsi, les transmetteurs visent à transmettre d’après le chaykh ayant la chaîne la plus élevée de leur époque pour rendre leur chaîne plus élevée. Cela ne signifie pas que les narrateurs ne transmettent pas le Coran ou les ouvrages de hadith d’après d’autres chouyoukh.

C’est pourquoi lorsqu’on regarde les chaînes de transmission, nous trouvons qu’elles sont quasiment identiques. Mais lorsqu’on revient aux ouvrages des tabaqat (les biographies des savants) nous pouvons savoir pour chaque savant qui sont ses chouyoukh et nous pouvons donc reconstruire énormément de chaines de transmission.

Il y a de nombreux exemples à notre époque et dans les derniers siècles.

Que Dieu nous facilite et nous élève en science et en foi.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans 4- Hadith