Le petit shafii : Cheikh Hâchem Majdhoub

Le petit shafii:

هذا الشيخ من بقية السلف الصالح زهداً وورعاً وعلماً وفقهاً، سيدنا الشيخ هاشم مجذوب حفظه الله

Cheikh Hâchem Majdhoub nous rappelle des pieux prédécesseurs en piété, en crainte d’Allah et en science. Un éminent jurisconsulte shafiite, linguiste et exégète surnommé le petit shafii pour son éminence en jurisprudence shafiite.
Il n’y a de savant au Sham qui ne lui fasse cette éloge voire plus.
L’absence de sa célébrité est due à son épreuve: il a été emprisonné et torturé durant plus d’une vingtaine d’années à cause d’une fatwa qui n’a pas plu au régime nussayride, ayant annoncé comme fatwa l’interdiction au musulman de se marier avec une femme noussayride. Cela a suscité la colère du régime noussayride mais le cheikh a gardé sa position de haqq et de vérité. Il n’a pas accepté de changer sa fatwa et de modifier le statut et la religion d’Allah.
Après l’intermédiation de Cheikh Al-Bouti, le tyran Hafez al-Assad – que Dieu le maudisse – a offert au cheikh Hachem al-Majdhoub sa libération à condition de modifier sa fatwa, ce qui a été strictement refusé par le cheikh.
Puis, le régime lui a offert la possibilité de se taire sur cette fatwa, ce qu’il a refusé également en disant : « si personne ne me demande, je ne dirais rien. Mais si quelqu’un me pose la question, je lui répondrais ». Donc, le régime l’a emprisonné pour une longue durée qu’il a passé en enseignant les prisonniers le Coran, le fiqh, la langue arabe, le hadith et l’exégèse. La majorité de ses compagnons en prison ont appris par coeur auprès de lui le Coran entier, avec une très bonne maitrise du fiqh shafii.
De temps en temps, il était questionné sur le sujet et il répétait la même réponse jusqu’à ce que le régime était forcé de le libérer en 2002 après avoir passé 22 ans en prison sous la torture à la prison Tadmor.
Je dis cela afin d’éclaircir pour celui qui demande :
Ou sont les semblables de l’imam al-‘Izz bin Abdessalam et l’imam Ahmad bin Hanbal ?
Ou sont ceux qui ne craignent en Allah aucune reproche ?
Je dis : Il existe beaucoup de chouyoukh qui lui ressemble, mais ou sont les musulmans qui suivent ces savants pieux ?
Que Dieu nous guide.

Wallah a’lam.

Traduit de la page : Les hommes de la gloire perdue avec plus de détails.

Publicités
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Avoir faim ou commettre un péché ?

Suite à l’abolition du régime du Califat et la transformation de l’empire/Califat en République de Turquie en 1922 et 1924, Mustapha Kamal Ataturk a combattu l’islam de toute sa force. Il a fermé les mosquées et les instituts, combattu les savants, interdit les vêtements traditionnels et imposé les vêtements européens. Des centaines de chouyoukh ont été condamnés à mort ou emprisonnés.

Quant à lui, le dernier cheikh al ‘islam du Califat Ottoman, l’éminent savant Mustaphâ Sabrî, il s’est enfui de la Turquie vers l’Egypte afin de ne pas soutenir le tyran de son pays à savoir Mustapha Kamal Attaturk. Chaque jour, il dormait affamé au Caire, il risquait de mourir de faim. Cependant, cela n’a jamais brisé son intention ni sa décision ferme de dire la vérité et rien que la vérité. Il répétait toujours :

 » Cela est mieux que de soutenir les tyrans « .

 

Mustapha Sabri

 

Dans ce monde embouteillé par les fatawas de facilité que je qualifie de marginale, je dis :

 » Cherchez la piété avant de chercher la facilité « .

 

Wallah a’lam

 

Abû Zakariyyâ Al-Hussaynî

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé