Statut des savants qui lèchent les chaussures des gouverneurs injustes

Quant à invoquer Dieu pour qu’il garde [le gouverneur], le fasse durer, lui prodigue ses bienfaits à profusion, en le nommant par des qualificatifs tel que celui de maître, cela n’est pas permis. Le Prophète -que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui – a dit:
« من دعا لظالم بالبقاء فقد أحب أن يعصى الله في أرضه »
[Qui prie pour le maintien d’un injuste, aime que Dieu soit désobéir sur sa terre].
Si le sujet dépasse l’invocation pour l’éloge, il lui attribuera des qualités qu’il n’a pas, et sera ainsi menteur et hypocrite, et honorera un homme inique; ce sont là trois transgressions. Or, le Prophète- que la bénédiction et le salut de Dieu soient sur lui- a dit:
« إن الله ليغضب إذا مدح الفاسق »
[Dieu se courrouce lorsqu’on fait l’éloge d’un pervers] .
Et dans un autre hadith :
« من أكرم فاسقاً فقد أعان على هدم الإسلام »
[Qui honore un pervers aide à l’effondrement de l’Islam ].
Si le sujet dépasse ce stade pour souscrire aussi à ses propos, donne son assentiment et le complimenter pour ce qu’il fait, il commet alors un péché par sa confirmation et son aide, le compliment et l’éloge étant ici un soutien et un encouragement dans la transgression, cela, de même que la dénégation, la critique, et le blâme incitent à s’en éloigner. Aider à une transgression en est une, même si ce n’est qu’avec une bribe de parole.
Heureusement que cette parole n’est pas la mienne pour que certains ne commencent pas à nous insulter comme ils sont habitués à le faire. Elle est celle de l’imam al-Ghazâlî dans son fameux ouvrage al-‘Ihyâ’. Cela va les taire un peu.
Je dis : les chouyoukh (chaussures des tyrans) de nos jours ont déjà dépassé le troisième niveau. Ils invoquent Dieu dans le public qu’il préserve, soutient et allonge la vie des tyrans. Ils affirment la bonne guidance des gouverneurs, soutiennent leurs crimes, justifient et complimentent les injustices et les génocides.
Celui qui ne voit pas cela a perdu la vision.
Nous lui disons : Si toi tu ne vois pas, nous, nous voyons.
Abû Zakariyyâ al-Hussaynî al-Shâmî.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s