Décès du cheikh Muhammad Ali Mach’al

Nous sommes à Allah et vers Lui nous retournons.
 
C’est avec tout mon chagrin que je vous annonce le décès de l’éminent jurisconsulte shafiite, l’exégète, le principologiste, le moujahid cheikh Muhammad Ali Mach’al de Homs. Née à Teldo, département de Homs en 1924, Licencié de l’école des sciences islamiques de Homs en 1940, L’imam al moujahid Mustafa al Siba’i l’a honoré en le couronnant du turban de ses propres mains durant la fête de remise des turbans dans la grande mosquée de Homs.
 
Fondateur du Lycée Ali bin Abi Talib, en 1953, grands bienfaits pour les étudiants de toutes les écoles juridiques dans le département de Homs. Il a étudié à la faculté de Charia de Damas dès sa constitution par cheikh Mustapha al Siba’i où il a obtenu sa licence en 1960.
 
Membre de l’association des savants de Homs depuis la fin des années 1950, enseignant général dans la grande mosquée de Homs depuis 1975 ; ses cours étaient dispensés notamment le lundi et le jeudi, ceux-ci étaient parmi les plus réputés en Syrie avec une audience ne descendant pas au dessous de 4000 étudiants en général.
 
Professeur à l’Université islamique de l’imam Ibn Saoud ainsi que dans l’institut scientifique à Médine depuis 1979, professeur à la Mosquée de Médine durant le début des années 1980, et prêcheur visiteur durant le mois de Ramadan au Qatar, Koweit, Emirats Arabes Unies suite à l’invitation des ministères de Awqaf, conseiller légal islamique à l’association Iqra’ de Djedda depuis 1990.
 
======== Une image de son jihad face aux tyrans ========
 
Il est connu pour sa fameuse khotba (prêche de vendredi) en 1970. Cette année qui connue l’accès au pouvoir de Hafiz Al Assad comme président de la Syrie suite à un amendement de la constitution. Cette constitution était préparée pour répondre aux besoins du parti de la Résurrection Socialiste Arabe (Al Ba’th). Cependant, personne n’a osé montrer les erreurs légales, humaines et logiques dans cette nouvelle constitution à l’exception du cheikh Muhammad Ali Mach’al.
 
Ainsi, il a pris une copie de cette constitution et l’a lu sur le minbar de sa mosquée à Homs en la réfutant article par article. Suite à cette réfutation, il a déclaré la nullité de cette constitution dans cette fameuse Khotba qui circulait secrètement entre les étudiants.
 
Ensuite, il fut emprisonné dans la prison de la Citadelle de Damas. Cheikh Fouad Choumays a essayé de l’aider auprès du président tyran. Il a rencontré ce dernier en présence du ministre des Awqaf, AbdulSattar al Sayyid. Durant cette rencontre, le cheikh Fouad Choumays a soutenu le cheikh Muhammad Ali Mach’al ce qui a mis en colère le tyran qui a demandé : es-tu son complice ? Cela a poussé le ministre des awqaf à terminer la réunion en craignant la tyrannie du président envers cheikh Choumays.
 
Après deux années, cheikh Muhammad Ali Mach’al fut libéré et la première chose qu’il fit, fut de visiter le cheikh Fouad Choumays dans son magasin à Damas. Lorsqu’ils se sont vus, ils se sont embrassés en pleurant.
 
Cheikh Fouad Choumays a révélé, que le seul chaykh qui l’a soutenu explicitement, au moment de la querelle opposant les membre de l’union national dont ils faisaient partie, était le cheikh Muhammad Ali Mach’al. En effet, cette querelle faisait suite à l’oposition ferme du Chaykh face au tyran de l’Egypte Jamal Abd al-Nasser.
Qu’Allah les agrée tous les deux ainsi que tous les savants honnêtes.
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s