Une vue erronée des ‘awliyâ’

La vision d’une grande partie des soufis contemporains envers les awliya est très problématique. Pour eux, le wali est obligatoirement un SUPER MAN.
En fait, pour eux, le wali doit voler dans les airs, marcher sur l’eau, éteindre les incendies, porter un immeuble d’une seule main, regarder à travers les voiles et les obstacles par sa vision x-ray. La seule différence c’est qu’ils ne voient pas le wali portant sa culotte au-dessus de ses vêtements et heureusement.
 
Une règle fondamentale en comportement et cheminement dispose:
 
Parmi les choses destructrices est de relier la volonté de l’étudiant au diplôme et celle du cheminant aux prodiges.
 
Afin de le mieux comprendre, nous reprenons comme suit :
 
Parmi les espoirs vains et destructeurs, on trouve celui que nourrit l’étudiant lorsqu’il s’attelle à l’étude. Il ne veut qu’obtenir la chose matérielle, soit le diplôme. Il le voit comme une fin en soi, cela fut-il au détriment de tout autre considération qualitative ou morale.
 
De même, parmi les espoirs futiles des aspirants, celui de désirer voir se réaliser des miracles, ou d’en produire soi-même.

Histoire d’un étudiant

Dans son fameux ouvrage béni « Les Mémoires », l’éminent littéraire, juriste, linguiste, cheikh Alî al-Tantâwî  a rapporté l’histoire d’un étudiant très pauvre qui aimait les savants et souhaitait les accompagner. Cependant, sa pauvreté lui interdisait d’assister à leurs cours vu qu’il travaillait. Ainsi, il leur posait ses questions concernant ses adorations ainsi que sur son travail de tissage manuel et de vente de tissus qu’il fabrique.
Un des savants pieux a discerné la piété et l’intelligence de cette personne. Il lui a donc demandé d’assister à son cours (dars) après la prière de fajr et ensuite d’aller travailler toute la journée. Ainsi, cet étudiant a conservé le conseil de son cheikh qui donnait le dars après al fajr pour les étudiants avancés puis lui consacrait un peu de temps pour lui expliquer des passages d’un petit épître (matn) dédié pour les débutants. Le cheikh lui demandait de mémoriser des passages et des questions juridiques. Au fil du temps, l’étudiant est resté constant dans sa leçon quotidienne avec le cheikh et il ne s’est jamais absenté. Ainsi, les petits épîtres sont devenus des ouvrages avancés puis le cheikh l’a désigné comme son remplaçant dans son propre cours ce qui signifie qu’il était son meilleur étudiant. Les gens se dirigeaient vers lui dans son petit magasin pour lui poser des questions au point que cela suscita la jalousie de certaines personnes qui ont commencé à se moquer de lui car il n’était pas d’une famille connue par la science et la fatwa. Il a ignoré leurs moqueries et leurs critiques et a continué son programme.
Ce pauvre ouvrier a été nommé par le Sultan Ottoman Mufti du département de Sham et ce, après avoir répondu à une question qui a épuisé Machyakhat al-‘islâm à Istanbul sans trouver la moindre réponse. Cet étudiant est le Mufti Ismâ’il al-Hâyik (le tisseur) Afandî, le Muftî de Damas (né en 1046 de l’hégire et décédé en 1113 de l’hégire).
L’éducation est une qualité qu’Allah attribue aux pieux. Par contre, l’orgueil est une chose facile à acquérir et toute personne peu être orgueilleuse mais les effets de cette maladie de cœur sont dévastateurs pour les deux parties.
=====================================
Cheikh Tarqi Mughrabiyya al-shâfi’î al-Dimashqî.

Grande lune, nuit du 14/11/2016

Cette nuit du 14-15/11/2016, les gens cherchent à voir la plus grande lune qui est un phénomène qui ne se reproduit qu’une fois toutes les soixante huit (68) années. Par contre, nous cherchons à voir La Lune chaque nuit.
Salla Allah ‘alayhi wasallam
 
في هذه الليلة 14-15/11/2016 يترقب الناس رؤية البدر المنير الأكبر في حدث لا يتكرر إلا كلّ 68 سنة. ولكنّنا نبحث عن رؤية البدر المنير في كل ليلة
صلى الله عليه وسلم
 
Cela ne signifie pas qu’on doit ignorer les phénomènes astronomiques. En fait, le Coran nous incite à admirer les cieux, les terres, les royaumes d’Allah et ses créatures. Je vous invite à lire les noms des crêtes lunaires, les noms des astrologues musulmans figurent sur la liste, des génies musulmans remontant aux jours où nous enseignons toute le monde. Revenons à la science et reprenons les moyens de développement et de progression des nations.
 
لكن هذا لا يعني بحال من الأحوال أن نهمل الظواهر الفلكيّة. بل القرآن يحضنا على التفكر في السماوات وفي الأرض وفي ملكوت الله وخلقه. فلننظر إلى أسماء الفوهات الظاهرة على سطح القمر، سنجد بينها أسماء العديد من عباقرة المسلمين، يوم كنّا نعلّم العالم بأسره. فلنعد إلى العلم ولنأخذ بأسباب التطور وتقدم الحضارات
Abu Zakariyya al Husayni
أبو زكريا الحسيني

Le sens de l’Unicité chez les Pieux

L’unicité était chez eux [les pieux] une autre chose que les spécialistes de kalam ne comprennent pas et même s’ils le comprenaient, ils ne se qualifient pas(*). C’est que [le pieux] regarde toutes les choses comme étant venant d’Allah Le Très Haut, un regard qui coupe l’orientation vers les causes et les intermédiaires, voyant tout le bien et tout le mal comme venant d’Allah Le Très Majestueux. C’est un degré très noble et ((la confiance et le seul appui)) en Allah est parmi ses fruits.
 
L’imam al-Ghazali : ‘Ihya’ ‘ulum al-din.
 
« وكان التوحيد عندهم عبارة عن أمر آخر لا يفهمه أكثر المتكلمين، وإن فهِموه لم يتصفوا به: وهو أن يرى الأمور كلها من الله عز وجل؛ رؤيةٌ تقطع التفاتَه عن الأسباب والوسائط، فلا يرى الخير والشر كله إلا منه جل جلاله، فهذا مقام شريف، وإحدى ثمراته التوكل ».
 
أبو حامد الغزالي : إحياء علوم الدين.
 
(*) – L’imam veut dire que l’apprentissage de la science de Logique et de Kalam n’est pas le moyen d’avoir le degré de ‘ihsan.

Qui est le juriste de cœur ?

L’imam al-Hassan al-Basri a répondu à son disciple Furayqid concernant sa question sur les juristes (fuqahâ’) [de cœur] en disant :
 
Ô Furayqid(1), que ta mère te perde(2) ! As-tu vu un juriste par tes propres yeux? En fait, le juriste est l’ascète dans cette vie, le cherchant de l’au-delà, le clairvoyant de sa religion, le constant dans l’adoration de son Seigneur, le pieux s’abstenant de parler des honneurs des musulmans, le vertueux qui ne cherche pas leurs biens, le conseillant pour leur ensemble.
 
ثكلتك أمك -فريقد- وهل رأيت فقيهاً بعينك؟!! إنما الفقيه الزاهد في الدنيا، الراغب في الآخرة، البصير بدينه، المداوم على عبادة ربه، الورع الكاف نفسه عن أعراض المسلمين، العفيف عن أموالهم، الناصح لجماعتهم!
 
D’après cette citation, l’imam al-Hasan al-Basri ne se considère pas comme un juriste de cœur, alors qu’il est ce qu’il est ! Ainsi, il demanda à son disciple de ne pas considérer telle ou telle personne comme juriste [de cœur] en considérant que ce rang n’existait pas à leur époque. Que dirait-il s’il voyait la notre où les pécheurs se voient comme des pieux et les ignorants se prennent pour des savants ? Qu’Allah nous protège et nous guide.
=============
1-C’est le diminutif du nom de son disciple Farqad al-Sabkhi, un disciple d’al-Hassan al-Basrî.
2- Un proverbe arabe ayant la forme d’une invocation de maudissement, il peut être utilisé pour le blâme, le maudissement, tirer l’attention etc.