Du rejet des paroles qui s’opposent à la Chari’a

L’imam al Rawwâss a dit :
« J’ai prêté allégeance au rejet de toute parole rapportée des awliya qui, en apparence, est en contradiction avec la législation et qui ne bénéficie pas d’une interprétation correcte.
En effet, la préservation de la législation est plus importante que la sauvegarde des paroles de Zayd, de ‘Amr, de Khâlid ou de Bakr. C’est la méthodologie de notre cheikh l’imam Ahmad al-Rifâ’î.
Certes, le rejet des paroles rapportées des awliya qui est en contradiction avec la législation ne signifie pas leur rejet ou l’ignorance de leur droits et de leur rang. Mais c’est plutôt un soutien de leur rang de sainteté et une protection des fondements de leur voie …
La wilâya est l’allégeance pour Allah, c’est à dire pour Ses ordres divins, et la voie n’est que la voie légitimée par la religion … L’imam Ahmad al-Rifâ’î a dit : Toute tariqa qui contredit la législation est une hérésie. ».
Ces belles paroles ne sont pas simplement des prétextes derrière lesquelles on se cache afin de légitimer le tasawwouf.
Il faut que les shouyoukhs spécialisés les mettent en pratique pour être honnête avec eux-mêmes, avant de l’être avec les autres. Chez les soufis, il y a beaucoup de paroles et de choses qui doivent être juridiquement LAPIDÉES, notamment leurs propres textes et arguments juridiques.
Wallah a’lam

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s