Impact de la divergence dans le calendrier lunaire sur la qualité de la transmission de hadith

============================
Dans la science de hadith, nous trouvons un type particulier de hadith nommés les hadith musalsal. Ces hadith reprennent un attribut particulier dépendant du narrateur ou de la narration qui se répète avec chaque transmission.
.
Concernant la particularité dépendant de la narration, nous trouvons l’exemple du hadith musalsal par le jour du ᶜÎd ou du hadith musalsal par le jour de ᶜÂchûrâ. Dans ces hadith, chaque narrateur mentionne qu’il a reçu le hadith le jour du ᶜÎd ou le jour de ᶜÂchûrâ.
Quant à la particularité dépendant des narrateurs, on peut trouver des chaines de transmission dont tous les narrateurs sont de ‘Âl al-Bayt ou sont d’une ville particulière (ex : Damas) ou d’un pays particulier (ex : Yémen ou Egypte).
.
Dans certains cas de tasalsul dépendant de la narration, on trouve que l’attribut particulier de la narration dépend du temps de la narration. Comme nous le savons, le calendrier lunaire peut entraîner des divergences entre les régions quant à la détermination des jours. Ainsi, la question se pose sur le critère qui doit être adopté en cas de possibilité d’une certaine rencontre entre quelqu’un qui vit dans une région ayant un horaire différent du cheikh qui lui transmet le hadith et vivant dans un autre pays. Cette question se pose de nos jours vu l’usage des moyens de communication.
En fait, le critère adopté par les savants de hadith considère qu’il faut prendre en considération le lieu de la présence de celui qui transmet et non pas de celui qui reçoit.
 
Par exemple, le jour de ᶜÂchûrâ au Maroc sera le dimanche tandis qu’il est au Liban le samedi. En application du principe précité, un cheikh au Liban peut transmettre, le samedi, le hadith musalsal par ᶜÂchûrâ pour un étudiant au Maroc. Donc, l’étudiant au Maroc reçoit le hadith comme étant le jour de ᶜÂchûrâ malgré qu’il n’y a pas de ᶜÂchûrâ ce jour là dans son pays. De même, un étudiant au Liban peut recevoir le hadith de ᶜÂchûrâ le dimanche d’un cheikh au Maroc. De plus, un étudiant peut avoir le même hadith transmis le ᶜÂchûrâ mais dans deux jours différents, en appelant les chouyoukh dans les deux pays durant le jour de ᶜÂchûrâ respectivement chez eux. Dans tous ces cas, la transmission est considérée comme admettant le critère de tasalsul par ᶜÂchûrâ.
 
Wallahu aᶜlam
1526373_558367490922017_119282504_n

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s