Lumières de la biographie d’Abû at-Tayyib at-Tabarî

C’est l’imam, Shaykh al-‘Islam, le juge shafiite Abû at-Tayyib, Tâhir bin ‘Abdillâh bin ‘Umar, at-Tabarî.

Né en 348, il a étudié auprès des grands jurisconsultes de Jurjân et de Bagdad où il s’est installé pour enseigner et diffuser la science. Il lui fut attribué la magistrature du quart du quartier al-Karkh à Bagdad.

Il était un illustre savant de son époque, une référence en fiqh shafiite et ses ‘usul, un éditeur (muhaqqiq) dans l’école, un mujtahid mutlaq (absolu) affilié à l’école shafiite.

Il était connu pour son intelligence et son humour. Il est transmis qu’il a déposé des chaussures auprès d’un cordonnier afin de les réparer. Ce dernier s’est mis à retarder la réalisation de son travail. Chaque fois que l’imam lui réclamait ses chaussures, le cordonnier les mettait dans l’eau et disait : « Je vais les réparer de suite ». Après que cette anecdote fut répétée plusieurs fois, l’imam lui dit : « Je t’ai donné Mes chaussures pour les réparer et non pas pour leur apprendre à nager. »

L’imam al-Khatîb al-Baghdâdî dit : « J’ai entendu Muhammad bin Ahmad al-Mu’addib (l’éducateur) dire : « Abû at-Tayyib at-Tabarî est plus savant qu’Abû Hâmid al-‘Asfarâyînî et j’ai entendu ce dernier dire : « Abû at-Tayyib est plus savant qu’Abû Muhammad al-Bâqî. » »

Il fut très âgé sans qu’aucun de ses organes ne se mette à mal fonctionner. Le juge Ibn Bakrân dit :

« J’ai interrogé le juge Abû at-Tayyib, après qu’il fut très âgé, en disant :

« Tu bénéficies d’organes [sains et saufs] ô notre vieux shaykh. »

Il m’a répondu :

« Pourquoi pas ? Je n’ai jamais désobéit à Allah par l’un d’eux. » »

D’après une autre narration, il a dit : « Nous les avons gardé pour Dieu durant notre jeunesse, Dieu nous les a donc préservé durant notre vieillesse ».

Plusieurs ont transmit d’après lui confirmant qu’il dit : « Nous avons entendu Abû at-Tayyib dire :

« J’ai vu le Prophète ﷺ dans mon rêve. Je lui ai dit :

« Ô Messager d’Allah, vois-tu ceux qui transmettent que tu as dit : « Qu’Allah embellisse quiconque qui entend ma parole et la comprenne ». Est -ce véridique ? »

Il m’a dit : « Oui » » »

Il est décédé à l’âge de 102 ans, sans que sa pensée soit touchée par la vieillesse. Il a continué à émettre les fatâwâ, à échanger avec les savants en leur corrigeant leurs avis et leurs rédactions, à juger les litiges et à assister aux cérémonies et événements jusqu’à son décès.

Il est auteur d’un grand nombre d’ouvrage dans l’école, notamment dans le Khilâf fî al-madhhab [la divergence dans l’école], les fondements et la dialectique. Il a commenté le fameux « Mukhtasar » de l’imam al-Muzanî, le disciple de l’imam Shafii, dans sa fameuse « Ta’lîqa » de 50 volumes, il a aussi « al-Mujarrad», dans le fiqh de l’école.

 

Qu’Allah l’agrée et l’élève auprès de Lui.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s