Les musulmans du Caucase sont des disciples de l’école shafiite. Les savants de cette région ont produit une grande littérature islamique en arabe et dans différentes langues locales.
Actuellement, certains savants là bas pratiquent des langues perdues et préservent ainsi ces langues de la disparition totale en enseignant des livres rédigés dans ces langues.

Photo de l’imam Muhammad Shâmil, leader de la révolution caucasienne contre les Russes.

الامام محمد شامل.jpg

Publicités

Le génie de ingénierie islamique : Badî’ az-Zamân al-Jazarî

Badî’ az-Zamân (le génie de son temps) al-Jazarî (1136-1206) est l’ingénieur qui a présenté le premier robot mécanique.
Ses rédactions présentent pour la première fois le principe de la transmission de l’énergie dans le Vilebrequin et établissent le fondement du fonctionnement des moteurs sur le principe des pistons. Sa vision fut appliquée durant plusieurs siècles après son décès.
Il a également été l’inventeur la Trousse transversale.
Il a développé des moyens de transporter l’énergie entre différents axes lui permettant d’innover des outils très pratiques (notamment utiliser la force du courant d’eau).
Dans son livre, il expose ses inventions : des instruments très compliqués biens détaillés et assurant les besoins de la vie humaine.
razzaz

Répartition de l’héritage

===================
La science de l’héritage est parmi les premières sciences à disparaître, tantt elle est compliquée et minutieuse.
Parmi les cas difficiles de l’héritage figure la « Munasakha » , qui est un cas d’héritage dans lequel un ou plusieurs héritiers sont décédés. Cela signifie qu’il faut répartir l’héritage de chaque héritier dans le cas principal sur ses propres héritiers, et ainsi de suite.
Dans cette photo, on voit une réponse à un cas d’héritage dans lequel il y a 112 héritiers défunts. On peut remarquer que la réponse s’étend sur environ une grande salle. Ce cas fut exposé au tribunal islamique de Halhûl et résolu par le shaykh le juge Rashâd Salhab et son assistant le greffier Rashîd As’îd.
munasakha

Arrivée du plus étrange Coran à Médine

===============

Cette copie du Coran n’est écrite ni en encre, ni en charbon ni en or fondu mais elle est en fait brodée manuellement.
Ce Coran a été fabriqué par les soins de la noble dame Nasîm Akhtar du Penjab au Pakistan. Elle a commencé son travail en 1407H et elle l’a achevé en 1428. Elle s’est engagée à ne coudre qu’en état de pureté et de limiter son travail au dernier tiers de la nuit. Durant son pèlerinage l’an dernier, elle a offert cette copie du Coran au Musée du Coran à Médine. Cette copie du Coran a été étudiée afin de s’assurer de sa conformité textuelle puis elle a été déposée après validation dans ledit musée.

Qu’Allah agrée son travail et nous accorde son assiduité, sa persistance et sa patience pour l’accomplissement des bienfaits ainsi que son amour du Coran.