Aide pour les musulmans de Sibérie et des régions isolées en Russie 

=======================
Lors de l’époque soviétique, les musulmans en Russie ont subi une grande répression. Les savants tatars de Russie rétablissent actuellement la situation dans le pays. Un des grands défis s’offrant à eux est la diffusion du savoir auprès de la masse, dans les régions les plus lointaines : à l’est de la Sibérie, dans les régions montagneuses du sud de la Russie, dans les petits villages isolés… 

Depuis une dizaine de siècles, les prédicateurs musulmans ont traversé à pied les déserts glaciaux pour transmettre l’Islam aux personnes isolées dans les montagnes, et diffuser l’Islam auprès des différents peuples. De nos jours, avec les moyens de communication dont nous disposons, nous devons faire ne serait-ce qu’un effort minime pour favoriser la transmission du savoir.

Les musulmans dans ces régions ne savent pas comment faire les ablutions, ni même comment prier ! Pour pallier à ces manques, la direction générale des musulmans en Russie organise une diffusion de livrets basiques sur les adorations. Cela est indispensable pour nos frères et soeurs assoiffés de religion.

Je vous invite donc à faire un don, selon vos capacités, pour participer à l’envoi de copies de ces livrets indispensables pour eux, dans ces régions lointaines. L’argent sera donné au cheikh Nafi’ullâh Achirov (directeur de l’administration religieuse de la partie asiatique de Russie) qui m’a invité personnellement à venir à Moscou, à visiter l’imprimerie du conseil des muftin et à m’assurer de l’édition des livrets. Avant même d’entrer en contact avec le cheikh, je savais que le conseil général des muftin de Russie avait sa propre imprimerie et deux maisons d’édition. Aussi, je lui ai dit que les dépenses liées au voyage seraient davantage bénéfiques pour nos frères dans le besoin, que nous lui faisons entièrement confiance et que notre participation est symbolique.

Ci-joint des photos de la distribution de livres à Omsek en Sibérie.

Merci pour votre participation,vos partages et vos du’a.

Lien pour la cagnotte :

https://www.paypal.com/pools/c/8aNQ4FlE0n?fbclid=IwAR11QiFYhEJWQpVc6_TViu_MYM5gE8nOEdlaM4werIOBONjPTU2ZdQ-EGtA

Publicités
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Question de logique :
 
– Un Musulman qui refuse de célébrerr une fête Chrétienne/ Un Chrétien qui refuse de célébrer une fête Musulmane : Logique.
 
– Un athée qui fête la naissance d’un dieu dont il nie la divinité : illogique.
 
Le pire, c’est quand l’athée se met en colère car le Musulman ne fête pas la fête du Chrétien.
Là, la logique se suicide!
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Les degrés de fraternité

Beaucoup de musulmans pensent que la fraternité se cantonne aux relations entre musulmans. Cependant, le Saint Coran expose trois types de fraternité :

1- La fraternité humaine :

Cette fraternité est mentionnée à plusieurs reprises dans le Saint Coran :
 
« Et à Thamûd Nous avons envoyé « leur frère » Sâlih […] » (Al-A’râf, 73)
 
« de même ‘Âd, Pharaon et « les frères » de Lût », (Qâf, 13) sachant que Lût ne fait pas partie de ce peuple. Ainsi, ladite fraternité ne désigne pas une fraternité de sang ou d’appartenance ethnique ou tribale.
 
Selon cette fraternité, appeler le mécréant frère ne pose pas problème. Il s’agit d’un frère en l’humanité.
 
 

2- La fraternité entre hypocrites et mécréants :

Allah a mentionné la fraternité entre hypocrites dans quelques versets :
 
« À ceux qui, étant restés chez eux, disaient de « leurs frères » : S’ils nous avaient obéi, ils n’auraient pas été tués, réplique : Épargnez-vous donc la mort si vous êtes sincères ! » (Al Imrân, 168)
 
« Dieu connaît ceux d’entre vous qui font obstacle [à la guerre sainte], qui incitent « leurs frères » à venir les rejoindre et ne se rendent que rarement au combat » (Al Ahzâb, 18)
 
« N’as-tu pas médité [l’exemple de] ces hypocrites qui disent à « leurs frères » mécréants choisis parmi les gens du Livre : Si vous êtes expulsés nous partirons avec vous et nous n’obéirons à personne à votre sujet, et si vous êtes combattus nous vous apporterons notre soutien : Dieu atteste qu’ils sont des menteurs ! » (Al-Hashr, 11)
 

3- La fraternité entre croyants :

C’est la fraternité la plus importante, qui exige de tisser les meilleurs liens entre les croyants. Nous exposons certains versets pour appuyer notre propos :
 
« Les croyants ne sont rien moins que « frères » ! Aussi, œuvrez à les réconcilier et gardez-vous de Dieu afin qu’il vous soit fait miséricorde. » (Al-Hujurât, 10)
 
«[…] par un effet de Sa grâce vous êtes devenus des « frères ». […] » (Âl Imrân, 103)
 
 

Conclusion :

Le fait de se limiter à ces deux derniers types de fraternité et d’ignorer volontairement ou par ignorance le premier type n’est que l’expression du suivi des passions. Notons que le verset (Innamâ al-mu’minûn ikhwat) [Les croyants ne sont rien moins que « frères »
] de sourat Al-Hujurât (verset 10) ne signifie pas que la fraternité n’existe qu’entre les musulmans ou que les musulmans ne sont les frères de personne d’autre. En effet, le verset a restreint les croyants à la fraternité. Cela signifie que les croyants doivent toujours être frères et ne doivent pas se disputer entre eux. Cela s’appelle « qasr idâfî » [restriction par annexion] car le nom qualifié est restreint par le qualificatif. C’est ainsi que l’ignorance des sciences de la langue arabe, en l’occurrence la rhétorique, conduit ces gens à l’erreur.
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Décès du shaykh Muhammad al-Darghînî ad-Dâghistânî. Qu’Allah lui accorde Sa Miséricorde et Son Firdaws.

 

décès

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Grammaire, femmes et cuisine

=========================
Un jour, pendant un cours de grammaire que je donnais à la fac, j’ai donné comme exemple une phrase ayant pour sens : « La femme prépare à manger dans la cuisine. »
 
Un étudiant a souhaité faire le malin et m’a balancé du fond de la classe : « La femme est toujours dans la cuisine à préparer le repas ? »
 
J’ai rétorqué : « C’est mieux qu’elle le fasse car si l’homme se met à le préparer, le plat sera cramé. »
 
Tout le monde a éclaté de rire et l’étudiant s’est excusé.
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé