La bienveillance de l’imâm al-Ghazâlî envers ses étudiants

=================================
Après le décès de l’éminent savant shâfi’ite, le linguiste, théologien, rationaliste, dialectique, juriste, principologue, l’imâm al-Kayyâ al-Harâsî en 504H, l’école al-Nidhâmiyya s’est retrouvée vide d’une référence hors pair de son époque. Ainsi, le Vizir Ahmad bin Nidhâm al-Mulk a craint la disparition de l’importance de cette école phare à son époque. Il écrivit donc plusieurs fois à l’imam al-Ghazâlî afin de le supplier de quitter Tûs pour Baghdad.
 
L’imam al-Ghazâlî refusa pour des causes religieuses et mondaines qu’il énuméra dans sa réponse. Celle qui attire notre attention est la suivante :
 
« Premièrement : Ici, à Tûs, il y a environ 150 étudiants pieux, assidus et studieux. Les transporter et organiser leurs affaires là-bas est difficile. Les négliger et les fatiguer en espérant trouver un nombre plus élevé [d’étudiants] dans un autre endroit n’est guère une raison de voyager. Cela ressemble à celui qui prend en charge dix orphelins puis les abandonne en espérant prendre en charge vingt orphelins dans un autre endroit, laissant les [premiers] à la mort et aux maladies. »
 
Puis il ajouta d’autres causes en concluant avec la citation suivante :
 
« En tout cas, c’est le temps de [préparer mes] adieux et non pas le temps de voyager en Irak (hâdhâ waqtu al-firâq lâ as-safari ‘ilâ al-‘irâq).»
 
L’imam al-Ghazâlî mourut très peu de temps après, l’année qui suivit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s