Comment éduquer les jeunes dans les mosquées ?

=======================================

Ces derniers jours, des gérants associatifs m’ont contacté à propos de l’éducation des jeunes. Un point important a été évoqué concernant l’inspiration et le modèle à donner aux jeunes. J’ai insisté sur l’importance du réalisme de la prédication et le besoin de la daᶜwa. On n’a pas besoin que tout le monde aille étudier les sciences religieuses, mais il faut étudier un minimum.


Cela me rappelle le souvenir d’une figure illustre de l’éducation et de la prédication au Levant, qui adoptait une méthodologie fondamentale sur ce sujet.

Shaykh ᶜAbd al-Karîm al-Rifâᶜî était une des principales causes de la renaissance scientifique au Levant. Il regroupait les jeunes enfants et leur disait :


« Ô mes fils ! Je veux voir parmi vous le shaykh médecin, le shaykh ingénieur, le shaykh pharmacien, le shaykh linguiste… »

Il les guidait pour prendre les sciences d’ici-bas et les sciences de l’au-delà comme l’ont toujours fait les savants musulmans tout au long de l’histoire.

Le temps est passé et nous avons eu, parmi ces enfants devenus adultes, des éminents savants combinant les sciences religieuses aux sciences mondaines comme par exemple :

– L’éminent shaykh, l’expert en lectures coraniques, le muhaddith, Naᶜîm ᶜArqsûsî, spécialiste en langue arabe ;
– L’éminent prédicateur, shaykh Nadhîr Maktabî, spécialiste en langue arabe ;
– Son fils, shaykh Usâma al-Rifâᶜî, spécialiste en langue arabe ;
– Le shaykh mathématicien Usâma Raqrûq ;
– Le médecin, Dr Fârûq Shalaq ;
– Le commerçant pieux, shaykh Yâsîn Rabâba ;
– Le pharmacien expert en lectures coraniques, shaykh ᶜAbd al-Munᶜim Shâlâtî.

On pourrait citer d’autres shuyukh experts dans différentes disciplines des sciences mondaines et religieuses ayant passé leur vie dans la daᶜwa et l’appel à Allah.

Qu’Allah préserve ceux qui sont encore en vie et accorde Sa Miséricorde à ceux qui sont retournés à Lui.

Amin Amin

Khatm des dix lecteurs majeurs du Coran

Aujourd’hui, nous avons eu un majlis exceptionnel. Un khatm des dix lecteurs majeurs (qirâ’ât ᶜashr al-kubrâ) d’un frère de 25 ans, titulaire d’un DEA en droit et d’un DEA en sciences islamiques. Une sommité en fiqh, en sciences coraniques, en turuq et en riwâyât.

Les lectures ont été reçues auprès de l’éminent lecteur, l’expert mondial en sciences coraniques, notre bien aimé shaykh Abderrahman al-Mârdînî al-dimashqî. Il nous a honoré par sa présence en provenance directe de Damas. Avant l’arrivé du shaykh, nous avons été honoré par la présence les juges des tribunaux islamiques, les imams de notre ville et les professeurs de Coran dans ses mosquées et instituts.

En attendant l’arrivé du shaykh al-Mârdînî, nous avons échangé en présence de nos shuyukh sur la science de isnâd, sur les chaines de transmission du coran, leurs degrés d’élévation, leurs caractéristiques particulières, les formes particulières de transmission …

Après l’arrivée du shaykh et une brève présentation de son éminence, le nouveau jâmiᶜ des grandes lectures nous a récité les dernières sourates du Coran et a donc clôturé sa lecture (ce qui est nommé le khatm). Puis, notre maître al-Mârdînî nous a dit qu’il a simplement réussi à effacer son analphébétisation dans les sciences du Coran et de fiqh et non pas une référence ni un savant mais simplement un petit étudiant. Il nous a parlé des lectures du Coran et nous a transmis des enseignements des maîtres des lectures damascènes. Il a clôturé par l’importance de cette réalisation et que le mérite principal provient au père qui a dirigé son fils vers ce chemin. Enfin, il nous a dit que lorsqu’on voit ce genre de jeune qui apprend les sciences de l’islam avec les sciences profanes, sa conviction de la pérennité et préservation de l’islam se confirme.

Après la prière de ᶜishâ’, nous avons eu une assise spirituelle avec la lecture de la sira du prophète ﷺ avec des poésies chantées par plusieurs chanteurs. C’était une assise particulière alhamdulillah.

Nous avons été comblé par les lumières du Coran et du prophète ﷺ.

Qu’Allah agrée nos adorations et nous élève auprès de lui.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé