Nourrir les pauvres n’est-il pas prioritaire aux célébrations et décorations des fêtes de fin d’année ou est ce que cela n’est évoqué que lorsque quelqu’un construit une mosquée ou accomplit une adoration (pèlerinage – sacrifice …)

Quelle est la cause de la compréhension alternative du fiqh à notre époque ?


Cela est dû au fait que le fiqh ne régule plus l’évolution sociétal. Il est plutôt utilisé pour des considérations politiques et sociales.
Par exemple, certains prédicateurs présentent un fiqh féministe (bien fréquent en France), d’autres présentent un fiqh borné. Cela est dû au fait que ni l’un ni l’autre ne cherche à remédier aux maux de la société mais à utiliser le fiqh pour attirer les gens derrière eux. Par contre, le fiqh est bien loin de la pratique quotidienne des musulmans qui ne demandent le statut légal des actions qu’après tomber dans des problèmes sérieux et complexes.

Zakât al-Fitr : éclaircissements

===================
La collecte de Zakât al-fitr et sa distribution en nourriture nécessite une transparence et une pertinence dans la distribution. C’est pourquoi nous avons proposé de le faire pour les gens suite à la demande de quelques frères. Cela n’a été annoncé que très tardivement (le 25 ramadân).

Cette collecte vise à aider les gens à donner en ayant la tranquillité que l’argent sera donné en nourriture à des vrais nécessiteux et aussi d’aider les gens sur place pendant la grave crise économique qui touche nos pays (Liban, Syrie).

Je précise qu’Allâh m’a privilégié de ne pas être dans le besoin malgré d’être dans un pays pauvre, alhamdulillah. L’argent collecté est entièrement donné aux gens sous forme de nourriture (voir l’explication dans l’ancien post). Personne ne prend de la zakat (ni moi, ni les frères qui préparent les colis, ni ceux qui distribuent). En gros, cette collecte est gérée par des tullâb ᶜilm non nécessiteux – sous ma surveillance – qui souhaitent aider les gens pauvres et assurer une distribution bien stricte.

Des gens de ma famille se sont fâchés pourquoi je ne leur ai pas donné des colis malgré la situation difficile. Je leur ai dit que cette distribution ne comprend pas des colis envoyés par les politiciens ou par des pays influenceurs cherchant à passer des positions politiques dans la société. Cet argent est de la zakât et vous ne le méritez pas. Ils se fâchent ? Tant pis pour eux !

Celui qui n’a pas confiance est invité à aller donner à des gens en qui il a confiance.

Lien pour donner Zakât al-fitr :
https://paypal.me/pools/c/8zf0Bj3DJu
Pour rappel, il est possible de donner zakât al-mâl ainsi que tout autre don (kaffâra, fidya, zakât al-mâl ou autre) sur cette cagnotte :
https://paypal.me/pools/c/8xBViL1xfH
(Merci de préciser la cause du don)

Rappelle : si on tarde le don de zakât al-fitr, elle reste toujours obligatoire et on doit la donner même après le jour du ᶜîd.

Qu’Allah agrée vos œuvres,

Photo des colis préparés (actuellement tout est distribué). On reste à jour pour distribuer des colis pour les nouvelles demandes.

Du rattrapage des prières, après un état d’inconscience

=====
Avec la crise sanitaire et les malades qui passent du temps dans le Coma, la question du statut légal des prières ratés durant la période de perte de conscience, se pose.

Les savants ont parlé du cas de la personne ayant perdu conscience, sans faute personnelle*, et ont adopté plusieurs positions sur le statut de la prière durant cette période. Nous résumons les différents avis comme suit :

– L’école mâlikite et l’école shâfiᶜîte : pas de rattrapage car la personne n’est pas responsable durant la période de l’évanouissement. Ils s’appuient sur le hadîth suivant : « La Plume est levée pour trois personnes : l’endormi jusqu’à son réveil, l’impubère jusqu’à sa puberté et le fou jusqu’à ce qu’il retrouve raison ».

– L’école hanbalite : obligation de rattrapage car l’inconscience est généralement d’une courte période contrairement à la folie. Ainsi, la personne tombée dans l’inconscience doit rattraper les prières ratées. ᶜAmmâr bin Yâsir a perdu conscience durant trois jours, il demanda après son réveil s’il avait prié. Ses compagnons lui dirent qu’il n’avait pas prié depuis trois jours. Il rattrapa alors ces prières ratées. Cela est rapporté également d’après ᶜImrân bin Husayn et Samura bin Jundub, que Dieu les agrée.
Dans cette école, si la période d’inconscience est longue, elle prendrq le statut de la folie. Ibn Qudâma dit : « Celui qui prend un médicament qui lui cause la perte de la raison : si cette perte de raison est courte, cela a le statut de l’inconscience ; si elle est longue, cela a le statut de la folie ».

– L’école hanafite : obligation de rattrapage des prières si leur nombre ne dépasse pas six prières (ou cinq pour Muhammad bin al-Hasan). Dépasser ce nombre de prières ratées constitue une difficulté et une gêne.

Ainsi, les personnes qui passent du temps en réanimation, à l’hôpital, sont exemptées du rattrapage des prières.

Qu’Allâh guérisse tout le monde amin.
============
* Si la personne perd conscience de façon intentionnelle, comme par exemple en consommant un stupéfiant ou des produits causant la perte de la raison, elle doit rattraper toutes les prières.

Définition de Ahl al-Bayt

La réponse à cette question varie selon le contexte :

S’il est sujet de quelques règles juridiques propres à Ahl al-Bayt (comme l’interdiction de la zakat ou l’exonération du jihâd) alors ce qui est voulu par les Ahl al-Bayt sont les Banû Hâshim d’après les malikites, et les Banû Hâshim ainsi que les Banû al-Muttalib d’après les autres écoles.

S’il s’agit par contre de l’invocation, alors tous les croyants sont inclus dans les Gens du Prophète ﷺ.

Enfin, s’il s’agit de l’éloge, alors sont ceux qui sont enveloppés par le manteau cité dans le célèbre hadith : « Fâtima sur elle la paix, ᶜAlî qu’Allâh ennoblie sa face, ainsi que al-Hasan et al-Husayn ».