Le test PCR annule-t-il le jeûne ?

Q : Le test Covid-19 dit PCR annule t-il le jeûne ?

R : Le test PCR, qui consiste à faire passer une tige dans les fosses nasales, dépasse le bout du khayshûm (fosses nasales) comme le confirme les médecins. Ci-joint un dessin qui illustre cela.

Ainsi, ce test annule le jeûne selon l’avis adopté (muᶜtamad) dans l’école shâfiᶜite. L’imam Ibn Hajar al-Haytamî dit dans al-Manhaj al-qawîm : « Ce qui est après le khayshûm – qui est le bout du nez – est du jawf ». Si une chose atteint le jawf à partir d’un orifice ouvert, cela annule le jeûne.
Al-Mallîbârî dit dans Fath al-muᶜîn : « Le jeûne ne se rompt point par l’arrivée d’une chose au fond du canal du nez, jusqu’au dépassement de la fin du khayshûm qui est le bout du nez ». Ainsi, quand la chose dépasse la fin du khayshûm, le jeûne est annulé.

Un autre avis existe danns l’école shâfiᶜîte consistant à dire que le jawf est ce qui peut transmettre la nourriture. L’imam al-Nawawî a cité cet avis dans al-Majmûᶜ en précisant que c’est un avis faible.

Certaines instances officielles de fatwâ dans le monde islamique, suivant habituellement les avis de l’école shâfiᶜîte, (comme le Liban et la Jordanie) ont donné l’avis suivant lequel le jeûne n’est pas annulé par le test PCR. Il semble que cette fatwâ se base sur les avis des écoles hanafites et malikites. En effet, l’école hanafite exige que la chose s’établisse dans le jawf dans sa totalité sans qu’une partie de cette chose demeure à l’extérieur, à condition que cette chose soit sèche. De même, l’école malikite considère que l’arrivé d’une chose solide au niveau de la gorge n’annule pas le jeûne sauf si elle arrive à l’estomac.

Ainsi, celui qui prend ces avis pourra compter dessus et ne doit pas rattraper son jeûne.

Enfin, nous devons préciser deux points :
– parfois, le test PCR est effectué sans dépasser le khayshûm. Cette pratique n’annule pas le jeûne selon l’avis adopté (muᶜtamad) de l’école shâfiᶜite ;
– celui qui a effectué un test PCR durant son jeûne en ignorant qu’il annule le jeûne selon l’école shâfiᶜîte, son jeûne demeure valide selon notre école.

Wallah aᶜlam,

Licéité du vaccin

Vaccin halal ou pas ?
La question peut paraître comme inutile ou bête. Mais elle est réellement posée par certaines personnes.
Le vaccin a le statut d’un médicament. Comme chaque pays a fait le choix d’un tel ou tel vaccin, cela signifie que dans chaque pays il n’y a qu’un seul vaccin ! Donc, s’il n’est pas halal, l’absence de choix rend l’usage de ce médicament permis par nécessité.
Wallah aᶜlam,

Les temps de Zakat al-Fitr

Parmi les dégâts du non suivisme des écoles juridiques figure la prolifération des avis marginaux (shâdh), basés sur une compréhension lacunaire ou littérale de certains contemporains. Le sujet de Zakât al-Fitr contient plusieurs avis de cette sorte. Ils disent aux gens qu’il faut la donner avant la prière de ᶜîd et que le fait de la retarder est haram et entraîne des péchés. Cependant, cet avis est marginal et contredit l’avis adopté dans les quatre écoles juridiques. Il est bien valide de donner Zakât al-Fitr après la prière de ᶜîd mais il est seulement déconseillé (makrûh) de la donne après la prière de ᶜîd sans cause légale.

Selon les écoles malikite, shâfiᶜîte et hanbalite, le temps de zakât al-fitr se termine le maghrib du jour de ᶜîd et non pas à la prière du ᶜîd. Selon l’école hanafite, ce sujet est plus large.

1- L’école hanafite :
Dans al-kitâb (1/160) : S’ils la retardent du jour du yawm al-fitr, elle leur demeure obligatoire et ils doivent la donner.

2- L’école malikite :
Dans al-Mudawwana al-kubrâ (2/350) : Mâlik a dit : Cela est large, il peut la donner avant ou après la prière s’il veut.
Dans al-Kâfî d’Ibn ᶜAbd al-Barr : Le mieux est de la donner le jour d’al-Fitr avant ou après la prière.

3- L’école shâfiᶜîte :
Dans Rawdat al-Tâlibîn (2/292), l’imam al-Nawawî dit : Il est illicite de la retarder après le jour du ᶜîd. S’il la retarde, il doit l’attraper.
Dans al-Majmûᶜ (6/121-122), l’imam al-Nawawî dit : Dans notre école, s’il l’a retarde après la prière de l’imam et la donne durant la journée, il n’est pas pêcheur et est considéré comme donné dans le temps. S’il la retarde après le jour du Fitr, il encourt un péché et elle sera comme du rattrapage (qadâ’). Al-ᶜAbdari a transmis cela d’après Mâlik, Abû Hanîfa, al-Layth et Ahmad.
Dans Iᶜânat al-Tâlibin (2/174), Shaykh al-Islâm dit : Zakat al-Fitr a cinq temps :
1- Un temps d’autorisation (waqtu jawaz) : dès l’entrée du Ramadan.
2- Un temps d’obligation : dès le coucher du soleil du dernier jour de Ramadan.
3- Un temps méritoire : avant la prière de ‘Aid al-Fitr.
4- Un temps déconseillé (waqtu karaha) : après la prière de ‘Aid al-Fitr.
5- Un temps d’interdiction (waqtu hourma) : après le maghrib du jour de ‘Aid al-Fitr.

4- L’école hanbalite :
Dans al-Mughnî (2/358), Ibn Qudâma dit : S’il la retarde du jour du ᶜîd, il encourt un péché et doit rattraper.
Dans al-Mubdiᶜ (2/394) : Le mieux est de la donner le jour du ᶜîd avant la prière. Il est permis de la donner tout au long de la journée [du ᶜîd]. S’il l’a retardé du jour du ᶜîd, il encourt un péché et doit la rattraper.

Un hadith est rapporté du prophète ﷺ limitant le temps de donation de Zakât al-Fitr avant la prière du ᶜîd, ce hadith est maᶜlûl (est touché par une lacune dans son texte ou sa transmission). On trouve les réponses détaillées à ce sujet dans l’analyse des différents hadith encadrant Zakât al-Fitr dans les commentaires des principaux recueils de hadîth.

Wallah aᶜlam,

Donner le prix du mouton aux pauvres / Mandater une tierce personne de sacrifier

Question :
Que pensez vous de l’idée qui prône de donner de l’argent aux pauvres à la place d’acheter un mouton ?

Réponse :
Ceci ne sera pas un sacrifice (udhiya) mais un don d’une somme d’argent. Cependant, vous pouvez mandater une association d’égorger à votre nom et de distribuer la viande aux pauvres. De même, vous pouvez mandater un pauvre ou une famille pauvre d’acheter le mouton et de le sacrifier à votre nom.
Wallah a’lam

Rattraper les jours de jeûne avec les six jours recommandés de Shawwal

Question :

Est-il permis de rattraper les jours de jeûne en même temps que les six jours recommandés de Shawwal?

Réponse :

Seule l’école Shafi’ite permet le rattrapage d’un jour de jeûne en même temps qu’un jour de Shawwal en ayant en même temps les deux intentions. Cependant, la personne n’aura pas le mérite particulier cité dans le hadith qui concerne les jours de Shawwâl. En effet, le hadith évoque un ordre entre Ramadan et les six jours.

Les autres écoles ne permettent pas cette combinaison d’intention.