Meilleure formulation de prière sur le Prophète ﷺ

La meilleure des formulations de prière sur le Prophète ﷺ  est « al-salât ibrâhîmiyya » nommée aussi « al-salât al-kâmila » [la prière complète].

Référence : l’imam al-Nawawî : «al-Maqâsid».

Al-Maqâṣid de l'imam al-Nawawî

Après deux ans d’attente, nous vous annonçons la sortie de la traduction de notre commentaire de l’épître al-Maqâṣid de l’imam al-Nawawî. C’est un des rares ouvrages regroupant ᶜaqîda (dogme), uṣul fiqh (fondements de droit), fiqh shafiᶜî et l’éducation de l’âme. Ainsi, il regroupe tout ce que le musulman a besoin d’apprendre.
Nous avons mis un an environ pour corriger 8 pages de ce travail afin de préserver la qualité et la précision de la terminologie. Le travail présente un premier commentaire français de uṣūl al-ṭarīq.
L’ouvrage sera édité par l’Institut Shâfiᶜî mais dans une politique scientifique et non pas commerciale. C’est pourquoi nous n’optons pas pour les choix relevant de la radinerie des commerçants. Voici donc nos critères d’édition :

– Nous n’accepterons que le papier de meilleur qualité ;
– Nous admettons la grande taille (17×24 cm) au lieu de la taille moyenne (14,5×21 cm) afin de permettre aux étudiants d’écrire sur le livre et de noter les remarques ;
– La couverture sera imprimée avec les lettres gonflées ;
– Chaque copie sera enveloppée individuellement pour mieux préserver les copies pendant l’envoi par voie postale ;
– Le profit en cas de sa réalisation, sera donné pour certains de nos amis shuyûkh syriens en difficultés.

L’ouvrage a été enseigné plusieurs fois à l’Institut Shâfiᶜî. Plus qu’une centaine d’étudiant l’ont étudié mais une grande partie parmi eux s’est inscrite en mode d’exonération des frais. Ainsi, ils ne peuvent pas payer le prix de l’ouvrage. C’est pourquoi nous mettons en place une option d’offrir des copies de cet ouvrage. Toute personne souhaitant avoir une copie sans payer son prix, peut le commander sur le site en précisant qu’elle passe en tant que récepteur d’une copie en tant que cadeau. De même, toute personne peut entrer et commander un livre en tant que cadeau pour quelqu’un souhaitant avoir le livre et n’ayant pas les moyens.

Pour consulter le résumé de l’ouvrage ou le commander :
http://institut-shafii.com/boutique

Place d’Ibn Taymiya dans l’école Hanbalite

=================================

Nous remarquons que certains considèrent Ibn Taymiya comme un imam mujtahid, d’autre le considèrent comme un mujaddid de son école ou de son époque. Le pire ce sont ceux qui le prennent comme la seule référence scientifique, comme s’il était le seul savant de son époque et que les autres étaient des mouches ! Ce dernier point de vue sera étudié dans une autre publication.
L’imam Ibn Taymiya s’affiliait à l’école hanbalite et était bien fidèle à l’école dans la globalité de sa pensée juridique. Nous pouvons résumer la place de ses avis dans l’école comme suit :
Les ikhtiyârât (choix personnels) d’Ibn Taymiya, à savoir les cas juridiques ou les fondements qu’il adoptait différemment de ce qui est admis dans l’école.
Les tahqiqât d’Ibn Taymiya, à savoir les avis qu’il considérait les plus probants parmi les divergences dans l’école, étaient bien pris en considération par les muhaqqiqin de l’école.
Les takhrijat d’Ibn Taymiya, à savoir les avis qu’il établissait en se basant sur les fondements de l’école, étaient bien retenus par les muhaqqiqin de l’école.

Ses tahqiqat arrivent au quatrième rang après celles d’Ibn Qudâma, d’Ibn ᶜAqîl et d’Ibn Taymiya le grand-père.

Notons que cela ne contredit pas son hanbalisme vu que ces usuls-là sont secondaires mais ont des conséquences sur un grand nombre de cas juridiques. En fait, nous remarquons qu’Ibn Taymiya divergeait de l’imam Ahmad notamment sur deux fondements : Les intérêts non-définis (masâlih mursala) et la fermeture des causes (sadd al-dharâ’iᶜ) : l’imam Ahmad a restreint ces deux fondements tandis qu’Ibn Taymiya les a élargis. Le hadith faible : l’imam Ahmad a élargi l’application du hadith faible tandis qu’Ibn Taymiya l’a restreint.

Wallah a’lam,

Bidâyat al-mujtahid

Ce livre semble être intéressant par sa méthodologie. Il évoque les avis juridiques des écoles et synthétise leurs arguments pour finalement évoquer l’avis qui semble être le plus probant pour son auteur. Le vrai intérêt à cet ouvrage réside dans sa faculté d’exposer la manière dont les jurisconsultes ont diverge entre eux.

Cette méthodologie séduit en réalité les réformistes et les partisans du non suivisme des écoles juridiques. Certains d’eux l’utilisent comme un manuel d’enseignement.Cependant, cette méthodologie est très lacunaire et l’ouvrage ne peut être utilisé comme tel pour différentes causes :

1- l’absence de la pertinence dans la narration des avis des écoles juridiques.

2- le recours à des ouvrages non adoptés dans les écoles juridiques,

3- l’ouvrage est très superficiel dans la science de fiqh, il évoque les principaux sujets sans rentrer dans les sujets détaillés.

Ce genre de livre fait partie de la catégorie (khilâf ‘âlî), c’est à dire les divergences entre les écoles juridiques. Cette catégorie est destinée à ceux qui ont maîtrisé les usûl et les furû’ de leur école et qui entre dans les divergences entre les écoles juridiques. Pour celui qui cherche à aborder ce genre d’ouvrage en matière des adorations cultuelles, il peut se diriger vers al-Majmû’ de l’imam al-Nawawî qui dépasse ces critiques, voire même qui est incomparable avec ce présent ouvrage.

Enfin, utiliser ce genre d’ouvrages pour enseigner à des étudiants ne conduit qu’à l’absence de la maîtrise du fiqh. L’étudiant se perd en fait entre les avis pour chaque mas’ala sans pouvoir acquérir l’intuition juridique.

Wallah a’lam

Jeûne du jour de ‘Āshūrā et rattrapage

Dans son ouvrage Siyar a’lām al-Nubalā’ (vol.5, p.342), l’imam al-Dhahabī rapporte :كان الزهري في سفر فصام عاشوراء ، فقيل له : لِمَ تَصُوم وأنت تفطر في رمضان في السفر؟فقال : إنّ رمضان له عدّةٌ من أيام أخر ، و أما عاشوراء يفوت
Zuhrī jeunait ‘Āshūrā alors qu’il était en voyage. On lui dit: pourquoi jeunes-tu alors que tu romps lorsque tu voyages pendant Ramadān.
Il répondit : Ramadān peut être reporté (de manière équivalente en raison du voyage) à d’autres jours contrairement à ‘Āshūrā qui passera sans qu’on puisse le rattraper.


Qu’Allah agrée vos adorations