Le takbîr de ‘id al-fitr

=================
Le jour de ‘id est couronné par une adoration particulière qui consiste à prononcer le takbîr durant cette période. Soit, pour ‘id al-Fitr, le Takbîr est dit mursal (non-restreint) : il peut être accompli à tout moment indépendamment de l’accomplissement des prières obligatoires et ce, entre le coucher du soleil du dernier jour de Ramadan jusqu’à la prononciation de la lettre (ra’) du mot akbar dans takbirat al -‘ihram de l’imam dans la prière de ‘Aid al-Adha (i.e. le début de la prière de ‘Aid) pour celui qui accompli la prière en groupe.
Pour celui qui accompli la prière de ‘id tout seul, le temps du takbir se termine avec le début de la prière individuelle.
PS : Quant à celui qui n’a pas accompli la prière de ‘aid, le temps du takbir se termine au Zénith (l’entré du temps de la prière de dohr) du jour de ‘aid.
Publicités

Les sunan rawātib dans l’école shafiite

===============================
Les sunan rawātib sont les prières surrérogatoires qui se répètent avec les prières obligatoires. Dans l’école shafiite, elles sont de deux catégories :
 
1- Sunan rawātib confirmées (mu’akkada) : elles sont au nombre de dix unités : deux unités avant la prière de fajr, deux unités avant et après le ẓuhr, deux unités après le maġrib, et deux unités après le ᶜishā’
 
2- Sunan rawātib non confirmées (ghayr mu’akkada) : elles sont au nombre de douze : deux unités avant et après la prière de żuhr, ainsi que quatre unités avant la prière du ᶜaṣr, deux unités avant la prière de maġrib et deux unités avant la prière de ᶜishā’.
 

Impact du saignement des gencives sur le jeûne

Nous avons reçu plusieurs questions concernant le statut de l’impact du saignement des gencives sur le jeûne. Nous présentons donc la réponse de nos imams shafiite à cette problématique.
L’imam Ibn Hajar al Haytami a dit :
Il semblerait que soit pardonné celui qui serait victime d’un saignement de gencives difficile à ôter. Ainsi même s’il avale sa salive [mélangé à ce même sang] en ayant connaissance de la nature de ce dernier, son jeune reste valide.
Nihâyatu al-Muhtâj.
 
Puis, il [Ibn Hajar al Haytami] rapporte, ainsi qu’Al-Khatib ashShirbînî, cette parole de l’imam al Adhur’î :
Celui qui est victime d’un saignement de gencives de manière continuelle ou fréquente est pardonné car c’est une gêne difficile à ôter. Il suffit alors qu’il crache ce sang et il est pardonné des traces restantes.
Nihâyatu al-Muhtâj & Mughnî al-Muhtâj.

Statut des glaires durant le jeûne dans l’école shafiite

========================================
1-Les glaires qui n’arrive pas à la limite de ce qui est apparent, n’ont aucun impact sur le jeûne. Ladite limite est le point d’articulation de la lettre (ح) d’après l’avis mu’tamad.
2- Si les glaires arrivent au dessus du point d’articulation de la lettre (ح) et la personne n’a pas réussi à les enlever et les cracher, cela n’affecte pas son jeûne.
3- Si les glaires arrivent au dessus du point d’articulation de la lettre (ح) et la personne a réussi à les enlever et les cracher, son jeûne reste valide.
4- Si, dans le dernier cas, la personne ne les a pas cracher mais les a avaler, son jeûne est rompu d’après l’avis Asahh. L’avis opposé dit Sahîh considère son jeûne comme valide. Notons que si la personne les a avaler suite à l’oublie, l’ignorance ou l’incapacité de les cracher (ils ont entré soudainement par exemple), son jeûne demeure valide.
Wallah a’lam

Jeûne et émission de liquide séminal

Plusieurs questions ont été posées à propos de l’effet d’embrasser l’épouse ou de faire un bisou sur la validité du jeûne.  La réponse réside dans la citation suivante de l’imam an-Nawawî qui dit :

عن الاستمناء فيفطر به وكذا خروج المنى بلمس وقبلة ومضاجعة لا فكر ونظر بشهوة وتكره القبلة لمن حركت شهوته والأولى لغيره تركها.
 
« La masturbation annule le jeûne ainsi que la sortie du sperme suite à un touché, à un bisou ou à un accouplement mais non pas suite à la pensée [érotique] et au regard avec désire. Il est déconseillé de faire le bisou pour celui qui s’excite par le bisou et il est préférable de le délaisser pour les autres ».