Al-Maqâṣid de l'imam al-Nawawî

Après deux ans d’attente, nous vous annonçons la sortie de la traduction de notre commentaire de l’épître al-Maqâṣid de l’imam al-Nawawî. C’est un des rares ouvrages regroupant ᶜaqîda (dogme), uṣul fiqh (fondements de droit), fiqh shafiᶜî et l’éducation de l’âme. Ainsi, il regroupe tout ce que le musulman a besoin d’apprendre.
Nous avons mis un an environ pour corriger 8 pages de ce travail afin de préserver la qualité et la précision de la terminologie. Le travail présente un premier commentaire français de uṣūl al-ṭarīq.
L’ouvrage sera édité par l’Institut Shâfiᶜî mais dans une politique scientifique et non pas commerciale. C’est pourquoi nous n’optons pas pour les choix relevant de la radinerie des commerçants. Voici donc nos critères d’édition :

– Nous n’accepterons que le papier de meilleur qualité ;
– Nous admettons la grande taille (17×24 cm) au lieu de la taille moyenne (14,5×21 cm) afin de permettre aux étudiants d’écrire sur le livre et de noter les remarques ;
– La couverture sera imprimée avec les lettres gonflées ;
– Chaque copie sera enveloppée individuellement pour mieux préserver les copies pendant l’envoi par voie postale ;
– Le profit en cas de sa réalisation, sera donné pour certains de nos amis shuyûkh syriens en difficultés.

L’ouvrage a été enseigné plusieurs fois à l’Institut Shâfiᶜî. Plus qu’une centaine d’étudiant l’ont étudié mais une grande partie parmi eux s’est inscrite en mode d’exonération des frais. Ainsi, ils ne peuvent pas payer le prix de l’ouvrage. C’est pourquoi nous mettons en place une option d’offrir des copies de cet ouvrage. Toute personne souhaitant avoir une copie sans payer son prix, peut le commander sur le site en précisant qu’elle passe en tant que récepteur d’une copie en tant que cadeau. De même, toute personne peut entrer et commander un livre en tant que cadeau pour quelqu’un souhaitant avoir le livre et n’ayant pas les moyens.

Pour consulter le résumé de l’ouvrage ou le commander :
http://institut-shafii.com/boutique

Recommandation de lecture dans la sunna de fajr

Il est recommandé de lire sourate al-Kâfirûn et sourate al-‘ikhlâs dans les 2 unités de sunna avant la prière obligatoire de Fajr.
Cette recommandation est aussi valide pour à toute prière de deux unités qui n’a pas de sourate précisée dans les textes à lire.
 
Réf. :
Ifadat assâda al-‘umad, p219.

Statut de lecture du Coran en langue étrangère

Dans son ouvrage at-tibyân fî ‘âdâb hamalat al-Qur’ân [l’exposition des adâb des porteurs du Coran], l’imam an-Nawawi dit :
« Il est illicite de réciter le Qur’ân en langue étrangère, que ce soit pour quelqu’un qui maîtrise l’arabe ou non, dans la prière ou en dehors. S’il récite le Qur’ân en langue étrangère durant la prière, sa prière est invalide.
Ceci est l’avis de notre école ainsi que des écoles de Mâlik, d’Ahmad, de Dâwûd et d’Abu Bakr bin al-Mindhir.
L’imam Abu Hanifah dit : « Cette récitation est autorisée et la prière est valide avec. »
Les imams Abu Yusuf et Muhammed (les deux grands élèves d’Abu Hanifah) disent : « Cela est autorisé pour celui qui ne maîtrise pas l’arabe et ne l’est pas pour celui qui le maîtrise. » »
لا تجوز قراءة القرآن بالعجمية، سواء أحسن العربية أو لم يحسنها، سواء كان في الصلاة أم في غيرها. فإن قرأ بها في الصلاة لم تصح صلاته.
هذا مذهبنا ومذهب مالك وأحمد وداود وأبو بكر بن المنذر.
وقال أبو حنيفة يجوز ذلك وتصح به الصلاة.
وقال أبو يوسف ومحمد : يجوز ذلك لمن لم يحسن العربية ولا يجوز لمن يحسنها.

Ordre de mérite des prières

Le mérite des prières est classé dans l’ordre suivant selon les textes le prouvant :
1- Les prières obligatoires ;
2- Les deux unités de la prière du ‘îd (prière des deux fêtes) al-Fitr et al-Adha ;
3- La prière de l’éclipse solaire ;
4- La prière de l’éclipse lunaire ;
5- La prière d’istisqâ’ (demande de pluie)
6- La prière de witr : le minimum est 1 unité et le maximum est 11 unités et il est recommandé de ne pas l’accomplir en moins de 3 unités ;
7- Les deux unités de sunna avant la prière de fajr ;
8- Les autres sunan rawātib (qui sont au nombre de dix unités avec ceux de fajr) : deux unités avant et après le ẓuhr, deux unités après le maġrib, et deux unités après le ᶜishā’ ;
9- La prière de tarāwīḥ : son temps s’étend de l’accomplissement de la prière ᶜishā’ jusqu’au fajr. Elle est de vingt unités accomplies deux par deux et séparées par un taslīm (salutation finale) toutes les deux unités ;
10- La prière de ḍuḥā : son temps s’étend de l’élévation du soleil dans le ciel à la hauteur d’une lance jusqu’à son zénith. Son minimum est de deux unités et son maximum est de huit unités ;
11- Les deux unités de ṭawāf ;
12-Les deux unités de salutation de la mosquée (tahiyyatu al-masjid) ;
13- Les deux unités d’ ‘iḥrām ;
14- Les deux unités de wudu’.
Référence : Al-Muqaddima al-Hadramiyya et son commentaire de l’imam Ibn Hajar, p.136-138.

 

Le sacrifice par la personne et sa famille

Le sacrifice pour la fête de ‘aid al-adha est une sunna mu’akkada (acte fortement recommandé). Elle est sunnatu ‘ayn (recommandation individuelle) à la personne indépendante et sunnatu kifâya (recommandation commune) pour les membres d’une famille. Cela signifie qu’il suffit qu’une seule personne parmi les membres de la maison sacrifie pour que la sunna soit appliquée pour leur totalité.
 
La famille ici signifie les membres de la famille qui sont sous la dépense d’une seule personne. Ce critère est adopté par ar-Ramli dans ses annotations sur le Commentaire d’ar-Rawd et mentionné par Ibn Hajar dans la Tuhfa (vol.9, p.345).
 
Ainsi, si le père habite avec ses enfants dans une même maison et que chaque enfant travail et dépense de ses propres comptes, ils sont considérés chacun comme indépendants.
 
Alors, quand un membre de la famille (dans le sens précité) sacrifie un ovicapridé, celui-ci reçoit la récompense de la sunna du sacrifice. Mais les autres membres de la famille n’auront pas ce mérite, ils ne seront plus concernés par la recommandation tout simplement. Cependant, lorsqu’il met l’intention de partager le mérite avec eux, ils seront alors partenaires avec lui dans la récompense. Il suffit de mettre l’intention de sacrifier pour lui et sa famille.
 
Wallah a’lam,