Règle

Règle:
Les experts sont arbitres [dans tout ce qui concerne leur spécialité].

أهل الخبرة محكّمون

Publicités

Une parole véridique présentée pour des finalités injustes

En criant, certains attirent l’attention sur le fait qu’il faille respecter la divergence.
Cette parole est véridique. Mais de nos jours, notamment en France, cette parole véridique est présentée pour des finalités injustes (كلمة حق يراد بها باطل). Cet usage malhonnête de cette notion se caractérise par deux problématiques.
.
La première, ces gens nous assourdissent par cette notion pour faire accepter aux musulmans des avis plus farfelus les uns que les autres. Cependant, les critères scientifiques classent les avis d’après leur degré d’authenticité qui diffère d’après chaque école. Le mufti peut choisir parmi les divers avis et parfois même les avis faibles ou non adoptés par l’école afin de répondre à des cas précis. Cependant, les avis qualifiés de marginaux ne sont dans aucune école considérés comme une base valable de fatwâ. En effet, les avis marginaux sont considérés comme étant inexistant au regard de la faiblesse remarquable de leur justification. Ces avis sont si faibles qu’ils sont considérés comme n’ayant aucun argument juridique qui les justifie.
Ainsi, toute divergence n’est pas acceptable et c’est la méthodologie juridique saine qui détermine les avis juridiques à suivre et les personnes aptes à être qualifiée de savant. En regardant les divers avis farfelus pour lesquels les porteurs de ce slogan publicitaire crient, nous trouvons qu’ils sont dans leur majorité des avis marginaux n’ayant aucune valeur juridique. Les porteurs de ce slogan publicitaire essayent de faire leur maximum pour mieux faire passer leur laxisme inavoué.
.
La seconde, les défenseurs de la pluralité des avis et du respect de la divergence s’empressent de taxer les autres de radicaux et ne se gênent pas de les accuser d’être des extrémistes et des sectaires pour le simple fait de ne pas adopter leurs avis marginaux et sous prétexte de « non respect des divergences ».
 
Wallah a’lam
 
Texte motivé et inspiré par le commentaire de Zakariya Adel.

Distinction entre ce qui interdit en soi et ce qui est interdit pour une cause externe

Nous distinguons entre ce qui interdit en soi et ce qui est interdit pour une cause externe.
 
Le premier n’est pas autorisé sauf en cas de nécessité tandis que le second est autorisé en cas de besoin.
 
Exemple :
Le riba est interdit en soi ; il n’est autorisé que en cas de nécessité.
Le regard de la femme étrangère est interdit par une cause externe, il est autorisé en cas de besoin comme dans le cas du témoignage, de l’achat et de la vente, du mariage etc.
 
Nous trouvons dans cette présentation succincte, une réponse profonde à ceux qui autorisent le riba pour le besoin.
Allah al musta’an