Critiques rationnelles et logiques

Vers le sixième siècle de l’hégire, les théologiens musulmans ont réfuté toutes les critiques rationnelles et logiques.
Par ennui (LOL), ils ont commencé à inventer des critiques et à les réfuter.
Ce qui est marrant, c’est que les critiques inventées par les savants Musulmans étaient plus solides et plus pertinentes que la majorité des critiques des non-musulmans !

Entre Al-Ghazâlî et Stephen Hawking

=============================

Stephen Hawking a réfuté Aristote et les philosophes dans beaucoup de leurs avis relevant de l’origine de l’Univers, comme les Dix Raisons, la théorie de Faydh, et d’autres thèses dans ses deux ouvrages : «The Grand Design» et «A Brief History of Time. From Big Bang to Black Holes». C’est exactement ce que Al-Ghazâlî a fait dans son ouvrage «Tahâfut al-Falâsifa».
Cependant, c’est Al-Ghazâlî seul qui est «une mauvaise personne» et est «la principale cause du déclin de la civilisation arabo-musulmane» !! Quant à Hawking, les modernistes et les athées le louent matin, midi et soir et publient ses livres en millions d’exemplaires, tout en considérant ses avis comme étant le summum de la science moderne.
Quelle schizophrénie !!

Commercialisation d’une croyance « pure »

Certains se sont forgé et admettent une croyance égarée se permettant de la nommer « croyance pure ». On trouve dans celle-ci :

1- L’admission de la création de la parole divine, comme les mu’tazilites.

2- Que la parole divine a une nature (naw’) incréée et enchaînée successivement (mutasalsil), conformément aux philosophes et contrairement à tous les courants islamiques sans divergence.

3- Qu’elle est une forme d’impression (infi’al) dans l’Essence divine ! Ce qui est un aspect d’anthropomorphique.

Machalla quel beau tawhid !

Parmi les égarements des wahhabi dans al-durar al-saniyya

Parmi les égarements des wahhabi dans la ‘aqida : le takfir des ignorants. Aussi, ils se permettent de prétendre la présence d’un consensus imaginaire sur ce sujet, tandis que le consensus est plutôt sur l’avis opposé.

Cet ijma’ mensonger est rapporté dans leur fameuse « Al-Durar al-Saniyya » (6e édition, 1996, vol.1, p.53) à propos de celui qui prononce un mot de kufr. Cela s’avère être, pour eux, le jugement de celui qui ignore son sens ou qu’il pense que cela ne le rend pas kafir (vol.10, p.125).

L’éminent orateur, le Mufti de Tripoli et du Nord du Liban, Shaykh Taha Ṣābunjī fut interrogé à propos d’un groupe bien connu par son activité de tabdi’.

Il a dit :


«  Ces gens parlent du Trône du Miséricordieux tandis que leurs yeux sont sur le trône du sultan ! »