Lis chaque livre dix fois, vingt fois, cent fois, jusqu’à ce que tu fusionnes avec le texte et que tu le comprennes comme son auteur

Lors d’un appel téléphonique, son éminence, savant interdisciplinaire, linguiste, juriste, muhaqqiq de l’école shâfiᶜite de notre époque, principologiste, logicien, philosophe, hakîm, maître éducateur, Shaykh Abû al-Hudâ al-Hakkârî m’a dit :

« Notre shaykh, le Mullâ Muhammad Salîm al-Isᶜirdî, m’a dit : « Lis chaque livre dix fois, vingt fois, cent fois, jusqu’à ce que tu fusionnes avec le texte et que tu le comprennes comme son auteur »… Nous devons étudier ainsi mais nous sommes ignorants, sidi ».

Il fit cette remarque alors qu’il mémorise par cœur des centaines de recueils détaillés (notamment ceux comprenant les grands commentaires et les hawâshî [gloses]), de fiqh, de usul, de toutes les sciences de la langue, de mantiq, de hikma et ce, en différentes langues (arabe, persane, turque et kurde), dont certains sont toujours en format manuscrit !

Que devrons nous dire nous les vrais ignorants avec notre bagage ridicule ?
Nous devons suivre le chemin qui les a amené aux hauts degrés de la science.
L’étude ne consiste pas à lire beaucoup mais plutôt, à lire correctement.
Lire trop produit un ignorant cultivé mais lire peu, avec concentration et étude, produit un savant.

Echelle d’apprentissage de fiqh hanafi

L’échelle d’apprentissage de fiqh hanafi selon nos shuyukh à Damas :

1- Nûr al-îdâh de l’imam al-Shurunbulâlî.
2- al-Lubâb sharh al-Kitâb de Ghunaymi qui a commenté le kitâb de qudûrî.
3- al-Ikhtiyâr de Mawsilî, commentaire de son propre épître al-Mukhtâr.
4- al-Hidâya sharh al-bidâya.

Wallah aᶜlam,

Les sciences étudiant la vie du Prophète ﷺ

Aux premiers siècles de l’islam, l’étude de la vie du prophète ﷺ faisait l’objet de cinq sciences représentées par les livres portant leurs titres :

Sira : C’est la science qui retrace les événements majeurs dans la vie du prophète ﷺ afin d’en extraire les règles juridiques relatives aux droits de la grande imâma (droits constitutionnel et administratif), des siyar et maghâzî (droit international) et de façon plus secondaire, les règles fiqh relevant d’autres disciplines juridiques.

Shamâ’il : C’est la science qui retrace le comportement du prophète ﷺ dans sa vie, ses habitudes, sa vie au quotidien. C’est la science adressée à l’ensemble des musulmans pour leur présenter le modèle de la vie du prophète ﷺ dans son quotidien.

Dalâ’il : C’est la science qui étudie les preuves de la prophétie du prophète ﷺ.

Faḍâ’il : C’est la science qui étudie les mérites du prophète ﷺ.

Khasâ’is : C’est la science qui étudie les règles particulières propres au prophète ﷺ.

Avec le temps, les sciences se sont ramifiées, un grand nombre de disciplines sont apparues au sein de cette classification générale. De plus, certains ouvrages se sont permis d’adopter une méthodologie combinant les différentes sciences précitées.

De nos jours, les musulmans ont perdu la boussole, ils veulent apprendre la vie du prophète ﷺ dans son quotidien en se dirigeant vers la discipline qui ne traite pas de sa vie ﷺ !

Le fanatisme dans le suivi des écoles

===========================
Le fanatisme (ta’assub) dans le suivi d’une école est le fait que tu penses que cette école est la seule sur la vérité et que tout ce qui est différent est erroné ; que tu élèves cette école et que tu rabaisses les autres ; que tu sois gêné et embêté chaque fois qu’un imam autre que le tien est loué ; que tu penses que ton imam est meilleur que les autres que tu classes en-dessous de lui en terme de mérite et de rang. C’est un sectarisme critiqué et réfuté chez les savants.
 
Cependant, le fait que tu imites seulement ton école juridique et que tu essaies de soutenir ses avis et ses fondements de façon scientifique sans rabaisser les autres écoles n’est aucunement un fanatisme (ta’assub) mais une solidité dans le suivi de l’école. Ceci est louable.

Anarchie juridique

Les écoles juridiques des Compagnons (sahaba) et de leurs disciples (tabi’in) se sont regroupés dans les quatre écoles. De plus, l’ensemble des savants de la jurisprudence, du hadith et du Coran ont établi les règles assurant une compréhension saine du Coran et de la Sunna conformément aux finalités législatives et aux sciences de la langue arabe. Cela a assuré la prospérité de la science islamique durant des siècles ce qui est prouvé par l’histoire.

Par contre, les coranistes, les réformistes et les moujtahidîn de la masse ont dépassés ces règles par leurs passions. Ces transgressions s’aggravent de jour en jour dans une époque dépourvue de contrôle du discours scientifique. C’est leurs activités qui sèment le désordre juridique et allument la division et la controverse entre les musulmans. Notre situation actuelle le prouve.