Le 16/02/1997, c’est à cette date, jour pour jour, que l’éminent shaykh, muhadith Abd-l-Fattah Abû Ghuddâ décéda à Ryad âgé alors de 80 ans. Il fut emmené à Médiné où on l’enterra, selon son souhait dans le cimetière d’al-Baqi’.

 

Abu Ghudda

Publicités

L’ONU d’après le Shaykh Kishk

======

L’éminent orateur shaykh Abdelhamid Kishk, qu’Allah lui accorde Sa Miséricorde, disait à propos de l’Organisation des Nations Unies :

« Si deux petits états se refèrent à l’Organisation des Nations Unies, les deux petits états se perdent tous deux. Si un petit état et un grand état se réfèrent à l’ONU, le petit état se perd. Mais si deux grands états se réfèrent à l’ONU, dans ce cas, l’ONU se perd elle-même. »

shaykh Abdelhamid Kishk et les services de renseignement

===========

L’éminent orateur shaykh Abdelhamid Kishk disait lorsqu’il dirigeait la prière de vendredi :

« Le deuxième rang, le troisième et les autres rangs alignez-vous ; qu’Allah vous accorde Sa Miséricorde. »

Il fut interrogé sur cette parole. Il dit :

« Le premier rang est entièrement rempli par les services de renseignement. Ce rang, on ne sait pas si Allah agrée sa prière ou non. »

Parmi les plus étranges accusations de l’histoire figure l’attribution du surnom « Le Sultan Rouge » et « Le grand assassin » au gouverneur qui n’a jamais validé une sanction de peine capitale, durant son long règne perdurant 33 années, hormis deux cas. Le premier était celui d’un serviteur du palais qui assassina un de ses pairs et le second était un monstre ayant tué ses deux parents.

Sa tolérance et sa miséricorde étaient d’ailleurs telles, qu’elles l’ont amené à pardonner à l’Arménien qui a tenté de l’assassiner en 1905.

 

En mémoire du sultan Abdelhamid II, mort le 10 février 1918.

 

صورة بالرصاص

Décès du sultan ´Abd al-Hamîd II

Le Saint :

Il fît ses ablutions, pria le Fajr puis prit la main de sa femme, l’embrassa doucement et lui dit : « Qu’Allah te récompense en bien ! »
Après cela il cria très fort : « Allāh » et mourut en ce jour du 10 février 1918 : L’émir des croyants, le calife des musulmans ´Abd al-Hamîd II.‏

توضأ لصلاة الفجر، ثم أمسك يدَ زوجته فقبَّل راحتَها وقال لها: جزاك الله خيرا، ثم صاح بصوت عال: الله، ثم توفي في مثل اليوم 10 شباط 1918م أميرُ المؤمنينَ وخليفةُ المسلمينَ عبدُ الحميد الثاني

Photo à résolution élevée de sa janâza.

 

janaza