Science de Dalâ’il al-Nubuwwa

La science de Dalâ’il al-Nubuwwa [les preuves de la prophétie] est celle qui retrace les miracles témoignant la véracité du message. Cette science se nomme al-Muᶜjizât al-Nabawiyya [les miracles prophétiques], Dalâ’il al-Nubuwwa [les preuves de la prophétie] ou Aᶜlâm al-Nubuwwa [les signes indicateurs de la prophétie]. Les expressions relatant cela dans les textes sont âya, bayyina et burhân qui donnent les mêmes sens que les surnoms précités.

L’imam Ibn Hajar al-ᶜAsqalânî a précisé que la notion «preuves de la prophétie» est plus large que «miracles prophétiques». Les miracles sont propres aux faits englobant le sens du défis contre les non-croyants en transgressant les normes de la nature et de l’habitude de la personne défiée. Quant aux signes, ils sont dépourvus du sens de défi.

Ibn Hajar al-ᶜAsqalânî a dit : « al-Nawawî a mentionné dans l’introduction de son commentaire de Ṣahîh Muslim qu’ils [les preuves] dépassent 1200 !».

Les preuves de la prophétie se divisent en preuves morales (maᶜnawiyya) et preuves matérielles (hissiyya). Les premières sont comme ses nobles mœurs, sa grande biographie, ses paroles, ses actes… Les secondes sont le Coran, les miracles matériels comme la scission de la lune, le tasbih des pierres, des caillous et des arbres en sa présence ou dans ses mains, l’écoulement de l’eau d’entre ses doigts, l’augmentation de la nourriture qui devient interminable, son dialogue avec les animaux, les plantes et les djinns, sa connaissance du futur et des choses absentes…

Cette science fut au début étudiée dans les livres de sira, de hadith et d’histoire. Puis, elle est devenue une catégorie à proprement parler. Son apparition est très ancienne, les premiers recueils de sira dédient des chapitres aux preuves de la prophétie et aux miracles prophétiques.

Nous remarquons que les savants ont toujours tendu vers l’acceptation des ahâdîth faibles et très faibles dans ce domaine.

WAllah aᶜlam.

Les caractéristiques prophétiques (al-Khasâ’is)

Parmi les sciences dédiées à la vie du Prophète ﷺ, nous trouvons celle dédiée à l’étude de ses caractéristiques propres, à savoir ce qui concerne seulement Prophète ﷺ. Certains comportements peuvent être propres à lui ﷺ, comme le droit d’épouser plus que quatre femmes en même temps, l’obligation de prier la nuit (Qiyâm al-Layl)…

Les Khasâ’is se trouvent dans les livres détaillés de Sira, les livres d’histoire, les livres de hadith, dans les livres de fiqh et dans les livres dédiés aux Khasâ’is à proprement parler.

Le premier qui a écrit à ce sujet est l’imam Shafiᶜi, puis ibn al-Qâss puis al-Bayhaqi (tous deux shafiᶜites). Le premier livre dédié aux Khasâ’is est d’Ibn Duhayya al-Kalbî (633H).

Parmi les plus célèbres rédactions, nous trouvons «Khassâ’is al-Kubrâ» de l’imam al-Suyûtî qui étudie aussi les preuves de la prophétie.

salla Allah ᶜalayhi wasallam

Les sciences étudiant la vie du Prophète ﷺ

Aux premiers siècles de l’islam, l’étude de la vie du prophète ﷺ faisait l’objet de cinq sciences représentées par les livres portant leurs titres :

Sira : C’est la science qui retrace les événements majeurs dans la vie du prophète ﷺ afin d’en extraire les règles juridiques relatives aux droits de la grande imâma (droits constitutionnel et administratif), des siyar et maghâzî (droit international) et de façon plus secondaire, les règles fiqh relevant d’autres disciplines juridiques.

Shamâ’il : C’est la science qui retrace le comportement du prophète ﷺ dans sa vie, ses habitudes, sa vie au quotidien. C’est la science adressée à l’ensemble des musulmans pour leur présenter le modèle de la vie du prophète ﷺ dans son quotidien.

Dalâ’il : C’est la science qui étudie les preuves de la prophétie du prophète ﷺ.

Faḍâ’il : C’est la science qui étudie les mérites du prophète ﷺ.

Khasâ’is : C’est la science qui étudie les règles particulières propres au prophète ﷺ.

Avec le temps, les sciences se sont ramifiées, un grand nombre de disciplines sont apparues au sein de cette classification générale. De plus, certains ouvrages se sont permis d’adopter une méthodologie combinant les différentes sciences précitées.

De nos jours, les musulmans ont perdu la boussole, ils veulent apprendre la vie du prophète ﷺ dans son quotidien en se dirigeant vers la discipline qui ne traite pas de sa vie ﷺ !

Décès d’une éminente savante

 

Aux quatre coins du monde, les Savants de l’Islam pleurent leur regrettée éducatrice, enseignante et auteure damascène Hajja Samîra az-Zâyid qui a rendu son dernier soupir la nuit dernière.

Dévouant sa vie à l’enseignement de la langue arabe, des sciences islamiques et à la Sira de notre bien aimé Prophète ﷺ, son ouvrage de référence est intitulé : « Le Recueil de la Sîra ». Initialement en six volumes, elle l’a par la suite résumé en deux volumes pour qu’il soit à la portée des étudiants et des étudiantes.

Les savants eux-mêmes profitèrent de ses ouvrages de façon très particulière. Même l’éminent shaykh Abû al-Hasan al-Kurdî – qu’Allah lui accorde Sa Miséricorde – a dit de son œuvre que : « C’est le livre qui lui a été le plus utile dans sa spécialité. »

Son premier ouvrage de six volumes est rouge, son résumé vert. Le blanc, plus récent, est un recueil de deux volumes contenant des leçons extraites de la vie du Prophète ﷺ.

Qu’Allah agrée ses œuvres, les diffuse dans le monde entier et les rend une sadaqa jâriya (don continuel) pour son compte jusqu’au jour de résurrection

Miracle prophétique en 1953 au Liban

===============================
En 1953, une célébration du Mawlid a eu lieu dans la ville de Saida au sud du Liban. La tradition consistait à tirer avec des armes à feu pour célébrer de telles occasions. Malheureusement, par erreur, une jeune fille chrétienne a été touchée à la colonne vertébrale. Elle a été transportée à l’hôpital universitaire américain de Beyrouth. Son état était en danger de mort et elle a été placée en soins intensifs. On pensait que la fille ne survivrait pas. La mère a été appelée par les médecins et il lui a été conseillé de faire ses adieux à sa fille.
 
La mère était d’humeur irritée mais difficile et s’est soudainement exclamée « O Muhammad! Tu es un prophète et les gens fêtaient ta naissance. Comment se fait-il qu’ils aient blessé ma fille? Permets-tu cela? Montre-moi un miracle et sauve ma fille! » Elle était non croyante et pourtant, dans cet état de besoin urgent, elle a dit cela. Quand elle est allée dans la chambre de sa fille, elle a vu sa fille assise assise en criant: « O mère! N’entrez pas. Muhammad » vient de m’apparaître dans la chambre et il vient de partir. Il est venu et m’a guéri!  » Toute la famille est devenue musulmane en étant témoin de ce miracle. –
 
Réf :
Cheikh Muhammad al-Yaqoubi : Miracles prophétiques 2014
Cheikh Salah Ma’tûq.