Parmi les poésies didactiques résumant la Sira prophétique : « Al-Tuḥfat al-laṭîfa fî ḥâdithât al-biᶜtha al-sharîfa » du muhaddith Ibn al-Daybaᶜ al-Shaybânî de Zabîd.

Le Prophète (ﷺ) a envoyé Khâlid bin al-Walîd à quelques tribus arabes afin de les appeler à l’Islâm. Les arabes lui dirent : « Décris-nous Muhammad ». Il répondit : « Brièvement ou en détail ? » Ils dirent : « Brièvement ».

Ainsi, Khâlid bin al-Walîd dit : « Il est le Messager d’Allâh, et le messager est à la hauteur de celui qui l’envoie ».

Science de Dalâ’il al-Nubuwwa

La science de Dalâ’il al-Nubuwwa [les preuves de la prophétie] est celle qui retrace les miracles témoignant la véracité du message. Cette science se nomme al-Muᶜjizât al-Nabawiyya [les miracles prophétiques], Dalâ’il al-Nubuwwa [les preuves de la prophétie] ou Aᶜlâm al-Nubuwwa [les signes indicateurs de la prophétie]. Les expressions relatant cela dans les textes sont âya, bayyina et burhân qui donnent les mêmes sens que les surnoms précités.

L’imam Ibn Hajar al-ᶜAsqalânî a précisé que la notion «preuves de la prophétie» est plus large que «miracles prophétiques». Les miracles sont propres aux faits englobant le sens du défis contre les non-croyants en transgressant les normes de la nature et de l’habitude de la personne défiée. Quant aux signes, ils sont dépourvus du sens de défi.

Ibn Hajar al-ᶜAsqalânî a dit : « al-Nawawî a mentionné dans l’introduction de son commentaire de Ṣahîh Muslim qu’ils [les preuves] dépassent 1200 !».

Les preuves de la prophétie se divisent en preuves morales (maᶜnawiyya) et preuves matérielles (hissiyya). Les premières sont comme ses nobles mœurs, sa grande biographie, ses paroles, ses actes… Les secondes sont le Coran, les miracles matériels comme la scission de la lune, le tasbih des pierres, des caillous et des arbres en sa présence ou dans ses mains, l’écoulement de l’eau d’entre ses doigts, l’augmentation de la nourriture qui devient interminable, son dialogue avec les animaux, les plantes et les djinns, sa connaissance du futur et des choses absentes…

Cette science fut au début étudiée dans les livres de sira, de hadith et d’histoire. Puis, elle est devenue une catégorie à proprement parler. Son apparition est très ancienne, les premiers recueils de sira dédient des chapitres aux preuves de la prophétie et aux miracles prophétiques.

Nous remarquons que les savants ont toujours tendu vers l’acceptation des ahâdîth faibles et très faibles dans ce domaine.

WAllah aᶜlam.

Les caractéristiques prophétiques (al-Khasâ’is)

Parmi les sciences dédiées à la vie du Prophète ﷺ, nous trouvons celle dédiée à l’étude de ses caractéristiques propres, à savoir ce qui concerne seulement Prophète ﷺ. Certains comportements peuvent être propres à lui ﷺ, comme le droit d’épouser plus que quatre femmes en même temps, l’obligation de prier la nuit (Qiyâm al-Layl)…

Les Khasâ’is se trouvent dans les livres détaillés de Sira, les livres d’histoire, les livres de hadith, dans les livres de fiqh et dans les livres dédiés aux Khasâ’is à proprement parler.

Le premier qui a écrit à ce sujet est l’imam Shafiᶜi, puis ibn al-Qâss puis al-Bayhaqi (tous deux shafiᶜites). Le premier livre dédié aux Khasâ’is est d’Ibn Duhayya al-Kalbî (633H).

Parmi les plus célèbres rédactions, nous trouvons «Khassâ’is al-Kubrâ» de l’imam al-Suyûtî qui étudie aussi les preuves de la prophétie.

salla Allah ᶜalayhi wasallam