L’éducation par l’état du sheikh

من لم يدلك على الله حاله
لم يدلك على الله مقاله
Celui dont l’état (hâl) ne te guide pas à Allah,
Ses paroles ne te guideront pas à Lui.

Une cérémonie était organisée dans la mosquée de Chouwika à Damas, elle était pleine.
Lorsque le cheikh Hussayn Khattab (Cheikh al-Qurrâ’ de Damas) est entré à la mosquée, tout le monde s’est mis à pleurer.

Publicités
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Les grands vus par les grands

Un des fils de l’imâm Ahmad raconte : « Comme je demandai un jour à mon père :
 
« Je t’entends souvent demander la grâce de Dieu pour ash-Shâfi‘î ; quel genre d’homme était-il donc ? ».
 
Il me répondit : « Ô mon fils, l’imâm ash-Shâfi‘î – Dieu ait son âme – était ce que le soleil est pour le monde et ce que la santé est pour les hommes. Dis-moi, ces deux choses peuvent-elles être remplacées ? ».
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Allah préserve Ses gens

Devenu très vieux, un Ŝayḣ référence en lectures coraniques a perdu son ouïe. Il n’entendait plus ce que disent les gens. Cependant, il entendait parfaitement la lecture du Coran et a continué à l’enseigner jusqu’à son décès en corrigeant les fautes minutieuses pour ses étudiants.
Qu’Allah nous rend parmi les gens du Coran.
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

L’ascète et le musicien

Dans notre ville, un vieil homme connu pour sa piété et son accrochement à l’application de la religion vivait dans son propre monde entre le Coran, l’adoration d’Allah, son travail et l’aide des gens qui sont dans le besoin. Les gens le nommaient « cheikh » en guise de respect malgré qu’il ne soit pas un savant.

Cependant, il est connu aussi pour être dur envers lui-même ainsi qu’envers les gens en ce qui concerne la transgression de la loi divine.

Près de chez lui habitait un monsieur qui étudiait la musique au Conservatoire national de la musique. Le souci c’est que ce musicien était d’une famille très pratiquante et impliquée dans la religion. En plus, une certaine relation familiale le rattache à ce cheikh ascète précité.

Sur son chemin vers le centre ville, il passait près de la maison du musicien. Chaque fois qu’il le rencontrait, le cheikh lui chantait une chanson particulière :

« Qui est ton Seigneur ?

Tirilam Tirilam

Quelle est ta religion ?

Tirilam Tirilam »

Puis, il continuait son chemin. En fait, il ne parlait avec ce musicien qu’en lui chantant ces phrases ni plus, ni moins. Avec le temps, ce musicien s’est rendu compte de la véracité de ce message et de sa profondeur. Ce cheikh lui a fait comprendre que son chemin de la musique ne faisait que le ramener vers la falaise de l’Enfer. Il s’est donc repenti et est devenu un homme droit.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Décrocher la Lune ou comprendre al-Bukhârî

===========================
Un jour, un homme entra dans une mosquée et tomba sur un cheikh qui enseignait à ses disciples le recueil authentique de l’imam Al-Bukhârî. Aussi il lanca au cheikh sur un ton ironique :
« À l’autre bout du globe, les gens sont montés sur la Lune et toi tu expliques le Sahîh Al-Bukhârî ? »
Ce à quoi le cheikh rétorqua :
« Qu’y a-t-il d’étonnant à cela, une créature qui se déplace vers une autre créature ? Quant à nous, nous aspirons à arriver chez Le Créateur.
Au final, sais-tu quel est le plus perdant d’entre nous ?
C’est certes toi ! Tu n’es arrivé ni à la lune, ni tu n’as étudié Al-Bukhârî avec nous ».
 
Certains étudiants débutants aspirent à aborder des sujets juridiques pointus et étudier des chapitres dédiés généralement aux niveaux avancés. Perdus dans leur manque de méthodologie, ils ne sont arrivés à maîtriser ni les sujets dont ils se gargarisent de la connaissance, ni étudier et maîtriser les sujets qu’on explique aux débutants comme eux parmi les enseignements classiques.