Ce matin, nous avons perdu l’éminent savant, le Mullâ, l’éminent savant, Muhammad Salîm al-Isᶜirdî, un descendant du ᶜallâma et imam Khalîl al-Isᶜirdî, le célèbre auteur des gloses de références.Il était une des références ultimes de notre époque en sciences rationnelles et en fiqh shâfiᶜî. Il maîtrisait l’arabe, le persan, le kurde et le turque.Il enseignait dans la mosquée prophétique à Médine ou il avait une halaqa bien connue, jusqu’à son décès.
Qu’Allah nous accorde des successeurs aussi savants et éminents que les sommités qu’on perd ces deux dernières années.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Que je me tienne debout avec mes enfants devant la porte de la mosquée, afin de mendier de quoi manger, est meilleur pour moi que je tende ma main à un gouverneur injuste, ou que je prenne de lui quoi que ce soit !


Le Shaykh des lecteurs de Damas, le grand savant, l’érudit, le shaykh Muhammad Kurayyim Râjih, qu’Allah le préserve et bénisse sa science.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Règle :
Si l’homme pense tomber dans l’apostasie (ridda), malgré qu’il ne l’est pas, il reste toujours musulman.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Les traducteurs incompétents méritent l’emprisonnement à vie

==============================
Je me demandes comment quelqu’un ose traduire un livre sans qu’il maîtrise le fond de la science qu’il contient !

Cet étonnement ne doit pas se poser lorsqu’on voit une faute très grave dans le nom de l’auteur du livre. L’imam Muhammad Abû Zuhra a été toujours insulté par les traducteurs et les arabisants dans les rédactions françaises et anglaises. Pourquoi ils insistent à rédiger son nom avec une fatha sur la lettre Zây ? Pourquoi ils écrivent son nom Zahra ? Qui les a informé que son nom se prononce comme ça ?
Le mot (زهرة) formé par les lettres suivantes (ZHRT) donne allusion à la première lecture au mot (zahra) qui signifie (fleure). Ainsi, l’ignorance de ces pseudos traducteurs et auteurs les amène à écrire son nom sous la forme de (Abû Zahra).
Cette erreur manifeste se dévoile facilement en entendant le nom du cheikh prononcé par n’importe quel savant azharite. Nous déduisons que son nom est en réalité (Abû ZUhra) avec une damma sur la lettre Z.
Ce type de remarque concernant les noms propres est connue dans la tradition scientifique islamique. Pour la résoudre scientifiquement, il faut se référer aux ouvrages de biographies spécialisés. A l’époque, les ouvrages de biographies comptent dans la vocalisation des noms sur la nomenclature de chaque voyelle sur chaque lettre. Ainsi, il est dit par exemple : Abû Zuhra, Bi-Râ’in mu’jamatin madmumatin wa Râ’in muhmalatin maftûhatin [avec une lettre Z (ز) portant un point (afin d’éviter la confuzion avec le Râ’ (ر)) et une damma au-dessus et une lettre R dénudé de ponctuation et portant une fatha]. Comme ça le lecteur évite toute confusion entre les lettres due à leur ponctuation et toute erreure dans les voyelles des lettres.
Dans les ouvrages contemporains de biographies, nous notons le fameux (al-A’lâm) de l’éminent savant damascène Al-Zirriklî. Dans son ouvrage, il a pris un soin minutieux de vocaliser les noms des personnages pour éviter de courir à l’ancienne méthode. Son ouvrage a été publié plusieurs éditions et revues plusieurs fois. Sa vocalisation est considérée une référence en la matière. En consultant son fameux ouvrage pour vérifier le nom de l’imam Abû Zuhra, il le note avec une damma sur la lettre Z.

Les traducteurs incompétents n’arrêtent pas de salir la science et les savants.
Ci-joint un exemple d’une insulte de l’imam Muhammad Abû Zuhra. Pire encore, ce prétendu livre n’est qu’une poubelle scientifique. Le prétendu traducteur n’a fait que rédiger ce qu’il a compris de la rédaction du Cheikh Muhammad Abû Zuhra. Vu les contres sens qu’il a commis, je peux dire qu’il n’a rien compris.
Exemple d’un contre sens :
Pour le traducteur (p.81), le Cheikh Muhammad Abû Zuhra dit :
« de même que la raison et l’évidence, nous amènent à considérer le jugement des mu’tazilites comme correcte ».
Cependant, en revenant à la version arabe, on constate que l’auteur, le cheikh Muhammad Abû Zuhra vise l’inverse et parle de l’erreur du crédo mu’tazilite.

Yâwaylak min Allah ‘alâ hal-haky (en dialecte libanais).

Bon, ce n’est pas le crime exclusif de ce traducteur, mais toutes ces maisons d’édition qui les recrutent, y sont aussi partenaires et complices.

Règle fondamentale dans la traduction :
La traduction nécessite le niveau d’enseigner le livre traduit.

Wallah a’lam.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Décès du juge Zakariyyâ Ghandûr

Innâ lillâh wa-innâ ilayhi râjiᶜûn

Décès de l’éminent savant, l’éducateur, le prédicateur, le juge Zakariyyâ Ghandûr, qu’Allâh lui accorde Sa Miséricorde.

Imâm de la célèbre mosquée de l’imam ᶜAlî – bastion du sunnisme à Beyrouth – pendant plus 40 ans, le shaykh était un juge au tribunal sunnite de droit de la famille, un enseignant dans la faculté de sharîᶜa, un prédicateur de renommée et une figure nationale de sagesse, de solidarité et de prédication.

Dans son dernier testament prononcé le 1er jour de ᶜid al-fitr depuis la salle de soin intensif, il demande pardon de toute personne et implore la sérénité des cœurs. Il annonce aussi qu’il pardonne toute personne ayant toute forme de droit réel, moral, financier, pécuniaire, qu’il le connait ou pas. Il implore Allâh de nous réunir auprès du Prophète ﷺ. Il rappelle que nous ne pouvons rien faire à ce propos et que ceci est seulement entre les mains d’Allâh. Il invoque Allâh de le pardonner ainsi que tout ceux qu’ils le connaissent de près ou de loin, tout ceux qui lui ont fait du mal ou envers qui il a causé du mal, et demande à Allâh de nous réunir auprès de Lui parmi les bienfaiteurs.
Il salut le Prophète ﷺ et l’accueille, en précisant à ses proches que demain ne sera pas le jour de lamentation ou de pleur, mais le jour de la rencontre des bien-aimés, le Prophète Muhammad ﷺ et ses compagnons.
Il demande aux gens de prendre soin de ses enfants et de ses disciples.
Il invoque Allâh pour les musulmans opprimés dans le monde entier, et conseille les musulmans de prendre soin de leurs frères opprimés qui sont venus de Syrie.

Qu’Allâh lui accorde Sa Miséricorde et l’élève auprès de Lui.