Innâ li-llâh wa-innâ ilayhi râjiᶜûn

Hier matin, nous avons perdu l’éminent savant et éducateur, le shaykh ᶜAbd al-Qâdir Quwaydir al-Maydânî al-Dimashqî. Il comptait parmi les grands disciples de l’éminent savant damascène, le grand éducateur, le shaykh ᶜAbd al-Karîm al-Rifâᶜî (1973).
Avec plusieurs disciples de ce dernier, comme le shaykh Fâyiz al-ᶜAjlûnî, le shaykh Naᶜîm ᶜAraqsîsî ou encore le shaykh Nadhîr Maktabî, il gérait une grande activité de daᶜwa dans la société de l’époque. Durant les années soixante-dix, il était l’imam de la mosquée al-Qusûr, à Damas, où il tenait un célèbre majlis hebdomadaire chaque lundi, dit le majlis al-ithnayn.
Parmi les anecdotes de sa vie, certains de ses disciples rapportent qu’il louait une maison dans le quartier al-ᶜAdawî à Damas ; le propriétaire lui demanda de rendre la maison pour raison personnelle. Le shaykh l’a alors nettoyée et réparé tout ce qui avait besoin d’être réparé. Il l’a ainsi rendu dans un meilleur état que celui dans lequel elle était lorsqu’il en devînt le locataire.
Lorsque le régime syrien adopta des lois anti-islamiques, notamment en 1982/1402H (interdiction du voile dans les écoles et les universités), il délivra un puissant prêche dans le quartier al-Maydân. Puis, il prit la parole, après la prière du vendredi, critiquant les lois en question et appelant les gens à ne pas rester silencieux face à la violation des lois d’Allâh. Ainsi, les gens sortirent dans la rue faire de grandes manifestations contre les décisions gouvernementales. Le shaykh fut donc emprisonné et il reçut un prodige dont il ignore lui-même les détails. Certains le kidnappèrent du centre de détention et le libérèrent à la frontière jordanienne.
Il s’installa alors à ᶜAmmân où il appliqua, dès son arrivée, les fonctions d’imam à la mosquée al-Fayhâ’. À ᶜAmmân, il tenait notamment un majlis hebdomadaire chaque jeudi matin, regroupant des étudiants et l’élite de la société jordanienne. À la fin des années quatre-vingt-dix, le régime syrien accorda une amnistie générale, le shaykh visita donc Damas et ses enfants qui étudiaient à Maᶜhad al-Fath.

Toutes nos condoléances à sa famille, ses disciples et l’ensemble des gens de science et des musulmans.

Je vous invite à aider des étudiants et des savants en besoin
J’écris là à propos d’un de nos shuyukh que je visite fréquemment. C’est un homme de piété et de sagesse, ses enfants étudient encore. Je l’ai vu entrain d’essayer de réparer une théière !
Il n’a pas d’électricité chez lui la nuit. Avec son âge avancé, je crains qu’il tombe la nuit ou qu’il glisse dans sa salle de bain quand il se lève pour la prière de qiyam al-layl et de fajr.

Je pense lui acheter une batterie et un chargeur afin qu’il ait un peu de lumière la nuit (budget estimé 500$). En fait, avec la crise actuelle, dépenser de telles sommes devient une mission impossible, cela dépasse le triple d’un salaire ! Attention pas de zakat ! Il n’acceptera pas. Je vais lui dire que ça c’est un cadeau de la part des frères et sœurs en France.

Cagnotte pour les tullâb ᶜilm :
https://paypal.me/pools/c/8wqjLAfMQd

Qu’Allah agrée vos œuvres.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Shaykh Ahmad al-Kubaysî dit :
« J’ai demandé à un prêtre la cause de leur haine envers le hijâb. Il m’a dit : « Pour nous, c’est un minaret mobile et non pas un tissu ». »
En réalité le hijab reflète le positionnement de la pensée et l’engagement islamique dans la société. C’est ce que le prêtre vise par sa réponse.

par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé

Entrer dans le mariage comme sur un ring

Je ne vais pas vous parler des droits et des obligations de chaque époux, ni des multiples thèses sur la gestion du foyer, comme celle qui estime que le foyer doit être géré mutuellement, ou que les époux sont des parties égales qui se confrontent et se clachent entre elles etc.

Je veux simplement dire que les problèmes naissent dans notre pensée avant qu’elles naissent dans nos relations. Dans la nouvelle génération il semble y avoir une stimulation préalable aux problèmes et conflits avant même de se marier.

Chaque jeune homme s’interroge sur comment devenir, une fois marié, un « homme » et que son épouse ne lui casse pas sa « parole »* ! Qui t’a dit que ton épouse souhaitait casser ta parole ? Qui t’a dit que si elle contestait une de tes décisions, cela signifierait qu’elle casserait ta parole ?

De même, chaque jeune femme cherche comment être capable de défier et de confronter son époux et comment ne pas devenir la servante au sein de son foyer. Qui t’a dit que la femme au foyer était une servante ? Quand ta mère te préparait à manger chaque jour, durant toutes ces années, était-elle ta servante ou la servante de ton père ?

Le fait de débuter le mariage avec le sentiment de rentrer dans une bagarre et de devoir gagner transforme le mariage en conflit continu et cause sa perte. Dans chaque désaccord entre époux, le simple fait de penser comment gagner contre le conjoint est synonyme d’échec.

L’homme n’est pas celui qui gagne contre son épouse mais celui qui perd volontairement en faveur de celle-ci. La femme n’est pas celle capable de défier et confronter son époux mais celle qui n’a pas besoin de le confronter ni de le défier car elle a épousé un « homme ».

En résumé, il ne faut pas entrer le mariage avec un esprit de défiance. De la même façon que tu prépares ta maison avant le mariage en achetant des meubles et ustensiles, prépare-toi pour le mariage en suivant des formations et des cours sur la gestion de la relation conjugale.

PS ! AVERTISSEMENT ! ATTENTION ! Ne va pas suivre des formations et du coaching avec un formateur ayant plusieurs divorces à son actif ! Celui qui n’a pas réussi son propre mariage ne pourra pas aider les autres à réussir les leurs ! Il se reconstruit financièrement sur ton dos, pas plus !

* désobéissance intentionnelle pour défier et contester …

Notre shaykh l’éminent juriste et muhaddith Muᶜawwad ᶜAwad Ibrâhîm (1330-1439h/1912-2018) répétait fréquemment :
« N’enterrez jamais les livres ! »

Ce conseil signifie de ne pas négliger les livres, ni d’abandonner leur enseignement, ni de déserter leurs expressions.

المكتبة المنزلية أسلوب حياة!! لها أون لاين - موقع المرأة العربية
par Dr. Abû Zakariyya al-Hussaynî Posté dans Non classé